Le courrier des lecteurs

Un avis ? Une remarque sur nos articles ? Vous pouvez réagir en envoyant un courriel ici.

 

Avancer au milieu de l’hystérie médiatique

Bonjour à l’équipe de Smart Reading Press,
Juste quelques mots pour vous dire que je trouve votre récente publication pénible à lire [Agressions sexuelles dans l’Église : séisme et effacement du droit, NDLR].
Non seulement parce que les scandales répétés dans l’Église créent une situation lourde mais aussi parce qu’il y a dans vos écrits un côté «donneur de leçon» que je trouve à la fois inapproprié et pas très constructif.
Prêtres et évêques ont plus besoin en ce moment de soutiens que de critiques.
Nous avançons les uns et les autres comme nous pouvons, avec ce que nous sommes, sur des sujets complexes que la culture contemporaine et l’hystérie médiatique n’aident pas à aborder de façon paisible et nuancée.
Lorsque le père Bernard du Puy-Montbrun affirme que les lettres épiscopales de ces dernières semaines «traduisent une certaine naïveté, car les canonistes savent bien que ces délits ont toujours existé, et (que) se contenter d’une fuite en avant pour mettre au pilori des prêtres dans un esprit de purification institutionnelle sans que des enquêtes canoniques sérieuses soient menées ne répond pas aux enjeux», je reste interloqué.
Le cas de T. Anatrella – sanctionné 15 ans après les premiers témoignages – ne me semble pas manifester un manque de prise en compte de la présomption d’innocence mais bien une incapacité structurelle à agir comme il faudrait, c’est-à-dire en instruisant dans des délais raisonnables les enquêtes canoniques appropriées.
C’est de ce silence et de cette paralysie institutionnelle qu’il s’agit de sortir, dans le respect et l’objectivité du droit (je vous rejoins sur ce point, mais qui parle de se passer d’enquêtes canoniques sérieuses ?) et on peut comprendre que les premiers pas soient un peu tâtonnants. […]
En fraternelle communion.

Père Paul Quison, curé à Paris (posté le 14 septembre 2018)

Je regrette les propos du Père Quinson. Je ne fais la leçon à personne mais je parle d’expérience en tant qu’avocat ecclésiastique pénaliste. J’ai près de moi plus de 1,80 m de dossiers de victimes réelles, de prêtres innocents et de religieux et religieuses que j’ai eus à défendre depuis de très nombreuses années et je suis assez stupéfait de voir comment sont traitées toutes ces affaires parfois dans le mépris du droit.
Mais, dans l’hystérisation médiatique actuelle qui fait pression sur les décideurs, il arrive que l’on puisse ainsi préférer sacrifier un homme pour répondre aux prescriptions de la volonté médiatique en se gardant d’acter correctement les faits plutôt que rendre la justice selon le droit en vérité. En l’occurrence, ici, le droit pénal canonique processuel est bien mal connu. Je ne le sais que trop pour l’avoir enseigné en plus de devoir l’appliquer. Les articles que l’on écrit pour l’expliquer concrètement sont ignorés. Or notre droit est fait pour protéger tout le monde en prenant soin de vérifier les faits selon le droit. Un aveu spontané n’est pas un aveu acté et chacun doit pouvoir être défendu à bon escient. Cela ne se fait pas n’importe comment.
Le Père Quinson se permet de citer ce qui concerne Mgr Tony Anatrella, sans en connaître le dossier, dont le traitement sur la forme et sur le fond pose, semble-t-il, de nombreux problèmes. C’est pourquoi ses avocats ont publié un communiqué de presse le 6 juillet 2018 pour dire que :
«Suite à une enquête canonique décrétée en octobre 2017 et menée par l’Officialité de Toulouse afin d’éviter toutes pressions parisiennes, l’enquêteur délégué a conclu, le 19 mars 2018, qu’aucun délit n’était imputable à Mgr Tony Anatrella et cela indépendamment de toute prescription. Par ailleurs, pour la deuxième fois, le Parquet de Paris a classé sans suite toutes les plaintes qui avaient été déposées.
Mgr Tony Anatrella est donc totalement innocent des faits qui lui sont injustement reprochés. Néanmoins, sans avoir eu l’humanité de le recevoir, l’Archevêque de Paris a adressé par lettre recommandée une ‘réprimande’ à Mgr Tony Anatrella, et l’a rendue publique, ce qui est contraire au droit de l’Église. Cette décision de l’autorité ecclésiale parisienne ne tient pas compte des résultats de l’enquête canonique qui innocentent totalement Mgr Tony Anatrella. L’Archevêque de Paris traite ainsi un innocent comme un coupable.
Confiant dans la justice et la prudence de l’Église, Mgr Tony Anatrella vient de déposer un recours pour obtenir l’annulation des effets d’une telle décision et il rappelle que ce recours suspend la réprimande»
.

Abbé Bernard du PUY-MONTBRUN

Au sujet du Canon 984…

Merci pour votre article [le secret de la confession est-il absolument inviolable ?, NDLR].
Une phrase pose question : «Dans la pire des situations, le confesseur, après la confession, pourrait signaler le fait à son évêque en faisant attention à ne pas dire le nom de celui qui est supposé agresser l’enfant, donc dans quelles circonstances, à quel moment il l’a su et par qui.»
Je me demande alors ce qu’il faut penser de l’article 984 du code de droit canon.

D.L. (posté le 7 septembre 2018)

Au premier paragraphe du Canon 984, il s’agit de ne pas porter préjudice au pénitent. Si ce dernier confie un cas de maltraitance d’un enfant, le prêtre écoutant peut l’inviter à le signaler à la police, puis à informer son évêque de ce cas de manière prudente, sans citer le nom du pénitent. Il n’y a donc pas préjudice. Quant au second paragraphe du Canon, il ne porte que sur le gouvernement extérieur et se révèle ici hors sujet.

Abbé Bernard du PUY-MONTBRUN

L’avortement est un mal !

Madame, Monsieur,
A la lecture de l’article de la SRP sur le référendum irlandais sur l’avortement, remarquable par sa pertinence, j’ai toutefois constaté l’absence d’un élément : la justification du mal qu’est l’avortement. Je suis un étudiant de 19 ans dans un milieu idéologiquement très hostile et je ne peux pas donner cet article à lire à certains de mes amis car la proposition majeure (l’avortement est mal) n’est pas expliquée. Un paragraphe clair et concis qui rappelle la réalité de cet acte viendrait compléter cet article. Respectueusement,

S. (posté le 3 juin 2018)

Et François Asselineau ?

Bonjour,
[…] Lors des semaines qui ont précédé le premier tour des élections présidentielles, j’ai simplement remarqué que le débat central était l’Union Européenne. Le candidat se distinguant pour le plus d’Europe possible étant Macron et le candidat étant réellement contre étant François Asselineau (Non, Mme Lepen et M. Mélenchon ne veulent pas sortir de l’UE, allez lire leur profession de foi).
Depuis les élections, les « grands partis » se sont effondrés, et aujourd’hui un seul parti, celui de M. Asselineau, continue de croître, malgré un black-out total des grands médias.
Pourquoi, lorsque je recherche François Asselineau sur votre site, je ne tombe sur aucun article ?
Ne pensez-vous pas qu’un homme, qui a passé plus de dix années à mettre sa vie personnelle de côté, à traverser la France pour faire des conférences, alors qu’il aurait pu se la couler douce à la tête d’une grande banque, mérite au moins qu’on s’y intéresse ?
Je ne suis d’aucun parti, mais j’ai voté pour cet homme et quand je vois que la majorité de l’électorat catholique reste hypnotisé sur ses idées dites «de droite», je suis en colère.
Cela va faire plus de 30 ans que ça dure, je ne suis pas contre l’idée d’une Europe unie, mais la situation actuelle, c’est que nous avons affaire à une UE anti-démocratique (voir site de l’UPR) qui se fout du bien commun, une UE du fric.
Il est temps que les choses changent, et ce n’est pas en boycottant le seul homme qui aujourd’hui a réellement fait évoluer et élever le débat que ça marchera.
Donc s’il vous plait, un homme qui donne sa vie pour son pays mérite qu’on s’y intéresse un minimum ; un parti qui rassemble vraiment mérite qu’on fasse un article dessus.

J.B.F. (posté le 19 mai 2018)

Manque de discernement chez David Gréa

Suite à la lecture de votre article et à d’autres en leur temps sur David GREA, il m’est apparu regrettable, sauf erreur de ma part, que David GREA n’ait pas pris la peine et l’honnêteté de faire une retraite ignatienne d’élection en bonne et due forme pour prendre la décision de se marier (les médias ne semblent n’avoir rien mentionner en ce sens). Il serait intéressant de savoir si sa hiérarchie le lui a proposé.
À lire ce qu’on dit de lui et ce qu’il dit de lui-même, il apparaît clairement que l’«ange des ténèbres» s’est déguisé en «ange de lumière» (Ex. Spi. n°332 – règle 4ème – 2ème semaine) pour amener David à ses fins à lui après lui avoir fait croire que c’est Dieu qui l’appelait à transgresser la loi de l’Église en matière de mariage des prêtres.
De plus, je crains que l’influence des Églises évangéliques y soit pour quelque chose, tant nombre de leurs membres en sont encore à se dire «Dieu me dit de faire ceci ou cela») et à s’y soumettre sans discernement.
On comprend l’insistance du Pape François sur la nécessité pour les chrétiens, laïcs et prêtres à se former au discernement spirituel ignatien.

E.L. (posté le 28 avril 2018)

Le FN incompatible avec l’Évangile !

Bonjour,
Je souhaiterais réagir à l’article de Pierre Hardon sur « L’appel d’Angers pour la reconstruction de la Droite ».
Pourriez-vous m’expliquer en quoi il est souhaitable qu’un parti raciste et antisémite s’allie à l’union de la Droite ? «la réunion de la Droite dans son ensemble est un objectif louable» : comment peut-on lire une telle chose sur un site qui se revendique chrétien ?
J’avais déjà suivi l’affaire de la plateforme commune entre le PCD, Dupont-Aignan et les Ménard ce qui avait déjà totalement discrédité le PCD à mes yeux. Comment peut-on être chrétien et fréquenter le Front National ?
Expliquez-moi où est l’esprit de l’Évangile au Front National et en quoi les deux sont compatibles.
Je suis très déçu de lire un tel article sur votre site… Il me semble que comme beaucoup, vous vous laissez berner par le miroir de la défense de certaines valeurs mise en avant par le Front National mais qui cache une bien plus triste réalité derrière. La fin ne justifie pas les moyens !

J.T.M. (posté le 14 avril 2018)

Bonjour Monsieur,
Si à l’avenir, il existe une nouvelle entité ou un nouveau mouvement à droite entre le FN et les Républicains, il est intéressant pour la Smart Reading Press d’en parler et de l’évoquer dans un article.

La Rédaction