Facebook Twitter Linkedin Whatsapp

Bouton de la rubrique Focus

Fratelli tutti : une nouvelle encyclique du pape annoncée en octobre

Une nouvelle encyclique du pape François, la troisième de son pontificat après Lumen Fidei et Laudato Si’, fera l’objet d’une signature le 3 octobre lors d’une visite à Assise, à la veille de la fête de saint François. La date officielle de publication de l’encyclique n’est pas encore connue. Elle est intitulée Fratelli tutti (Tous frères), un titre qui se réfère aux Admonitions de saint François, qui prêchait cette fraternité «cosmique» unissant toutes les créatures de Dieu, unique Père de tous.

La fraternité est l’un des thèmes majeurs du pontificat de François. Cette insistance est renforcée par la crise sanitaire actuelle, qui a mis en évidence la fragilité des systèmes économiques et de gouvernance, au détriment des plus pauvres. «Alors que le monde souffre d’une pandémie qui met tant de peuples en difficulté et nous fait nous sentir frères dans la douleur, nous ne pouvons qu’éprouver le besoin de devenir avant tout des frères dans l’amour», écrit l’archevêque d’Assise, Mgr Sorrentino. La visite du pape à Assise restera strictement privée, «sans aucune participation de fidèles», «en raison de la situation sanitaire», a précisé le Saint-Siège.
Source : La Croix

Australie : une loi contre le secret de la confession

Sacrement de réconciliation

Adoptée par le Parlement du Queensland le 8 septembre, une nouvelle loi oblige les prêtres de cet État australien à violer le secret de la confession pour signaler à la police les abus sexuels sur des enfants, sous peine de trois ans de prison. La règle s’applique dès que «l’adulte obtient des informations qui le poussent, ou devraient le pousser, à croire sur base d’éléments fiables qu’un abus sexuel sur enfant est, ou a été, commis par un adulte.» Il est stipulé que «cela ne change rien si l’information a été découverte par l’adulte pendant une confession religieuse». L’Australie Méridionale, l’État de Victoria, la Tasmanie et le Territoire de la capitale australienne ont déjà promulgué des lois similaires.

Une note approuvée par le pape François et publiée par le Vatican en 2019 a réaffirmé le secret absolu de tout ce qui est dit en confession et a appelé les prêtres à le défendre à tout prix, même au prix de leur vie : le prêtre apprend les péchés du pénitent «non ut homo sed ut Deus» (non pas en tant qu’homme, mais en tant que Dieu), si bien qu’il «ne sait pas» ce qui a été dit au confessionnal parce qu’il n’a pas écouté en tant qu’homme, mais précisément au nom de Dieu, indique le document, qui précise que la défense du secret sacramentel par le confesseur n’est pas seulement un «acte obligatoire» vis-à-vis du pénitent, mais est un témoignage nécessaire du «pouvoir de salut unique et universel du Christ et de son Église».
Source : Présence-info

Allemagne : une vidéo publiée par un diocèse appelle à l’abolition de l’enseignement de l’Église sur la morale sexuelle

Sous le titre «Examinez et changez l’Église», le diocèse d’Essen a publié une vidéo (sur Facebook et YouTube) dans laquelle les employés du diocèse se prononcent en faveur de l’acceptation des «mariages» homosexuels et de l’abolition de l’enseignement moral de l’Église sur la sexualité. Supprimer le terme «morale sexuelle» et accepter «chaque personne avec sa sexualité», telle est la substance du message diffusé. «Je suis gay, catholique, marié à mon mari depuis 2004 et je travaille pour l’Église catholique depuis 1996. Beaucoup de nos amis demandent toujours : comment est-ce possible ? Et, honnêtement, parfois cela me déchire de travailler pour une institution qui me rejette et rejette ma sexualité – notre mariage», déclare par exemple Rainer Teuber, membre du personnel du diocèse. «L’Église blesse les gens», affirme pour sa part une conseillère pastorale du diocèse.
Source : IFN-news

Dieu, l’éternité… toute une histoire

Le péché originel, la traversée de la mer Rouge, la conception virginale de Jésus, la résurrection… Pour avoir la foi, faut-il vraiment croire à toutes ces histoires ? N’est-ce pas un peu naïf, voire contraire à la transcendance et à l’éternité de Dieu ?

Avec beaucoup de clarté, l’auteur, qui enseigne la théologie de l’évangélisation à l’Université pontificale du Latran, affronte ces questions et montre toute l’originalité de la foi chrétienne. Il nous fait ainsi découvrir à frais nouveau le cœur de notre foi : l’éternité a fait irruption dans le temps. Dieu n’est pas indifférent et lointain, mais il est entré dans le temps et dans l’histoire des hommes en s’incarnant en Jésus Christ. Ce livre nous aide ainsi à prendre conscience de la bouleversante proximité de Dieu, afin de nous laisser transformer par lui.

Denis Biju-Duval, Dieu, l’éternité… toute une histoire, L’Emmanuel, 2020, 148 p.

Rédaction SRP

 

>> Revenir à l’accueil