Facebook Twitter Linkedin Whatsapp

Bonnes vacances !

Nous avons besoin de vacances, car nous avons besoin de reposer le corps de ses fatigues, l’affectivité de ses désolations, l’esprit de ses soucis, et la volonté de ses négligences ou de ses déviations.

Certes, la beauté des paysages de mer ou de montagne repose la vue et nous dégage du tintamarre des villes ! La réunion des familles, la joie de retrouver à la table familiale les enfants et les petits-enfants, recréent la vérité des relations humaines et la chaleur des joies simples de l’amitié. C’est souvent une occasion de rafraîchir l’âme et le cœur, et d’oublier sinon de pardonner les fautes mutuelles et les maladresses humaines. C’est aussi le moyen de retrouver celui ou celle qui est loin, loin par l’habitation ou loin par la communication ! On se revoit, et ce qui unit encore permet de se rappeler que c’est plus fort que ce qui désunit.

Les vacances sont ainsi un don de Dieu et une grâce de sa bonté. Le Christ lui-même ménageait des temps de repos avec ses disciples, envahissant Béthanie, la maison de Marthe et de Marie. Tout en appréciant le travail de Marthe qu’il ne méprisait aucunement, il louait le geste de Marie, qui assise à ses pieds, goûtait la meilleure part : l’écoute de sa Parole et la contemplation de sa Personne qui transmettait cet effluve de Dieu ! Comment pouvait-il en être autrement ?


Les vacances sont un don de Dieu et une grâce de sa bonté. Le Christ lui-même ménageait des temps de repos avec ses disciples.


Cela nous enseigne comment être en vacances. Celles-ci ne sont pas que loisirs ou paresse. Les vacances ne sont pas le point culminant de l’inaction. Ne voit-on pas souvent la grand-mère être la plus occupée à préparer les repas, à porter le souci de tous ceux qu’elle reçoit pour qu’ils soient heureux, reposés, détendus ? Pour elle, ces moments qu’elle qualifie de bonheur sont les plus fatigants de l’année, mais ils comportent une telle source de paix et de joie qu’ils lui donnent l’énergie de vivre pour toute l’année qui suit.

Les vacances seront incomplètes ou même gâchées non à cause d’une température qui peut être maussade, mais parce que l’on aura négligé d’être non uniquement Marthe, mais un peu Marie. On n’aura eu aucun moment d’une vraie contemplation avec l’Hôte de notre cœur ! Aucun temps pour savourer sa présence ! Aucune approche de sa vérité qui réjouit l’intelligence ! Aucune ou si peu de «prière», non de récitation de formules, mais d’intimité avec Celui qui nous aime plus que nous le sentons. Et nous repartirons de nos lieux de repos avec un cœur lourd pour entrer dans une vie toujours plus occupée, toujours surchargée, toujours sans véritable paix.

Pour passer de bonnes vacances, il faut être un peu Marie, celle qui a choisi la meilleure part ! Tels sont mes souhaits de vacances.

Aline Lizotte

 

>> Revenir à l’accueil