Facebook Twitter Linkedin Whatsapp
Bouton de la Rubrique Grand Angle

Sciences sociales : le cache-sexe du transgenrisme

Homme et femme

Les sciences sociales règnent aujourd’hui en maîtresses sur les représentations communes de la réalité. Illustrons-le par un cas d’école. Dans un article paru dans la revue Quartz de 2016, Thomas Page McBee, une personne transgenre, relate son expérience du travail d’abord en tant que femme, puis, après sa transition, en tant qu’homme. Ses constatations confirment ce que nous pouvions en attendre, à savoir que les hommes sont nettement avantagés sur leur lieu de travail, du moins selon les critères qu’il retient. Plus intéressantes sont les pathologies culturelles que son article met en évidence : une absence totale de réflexion sur les prémisses philosophiques du transgenrisme.

La conclusion de McBee est qu’il existe en chacun de nous une «version de nous-mêmes» masculine et féminine. Son texte se termine ainsi : «La plupart d’entre nous ont les corps qu’ils occupent grâce à la chance du tirage au sort». La distinction entre le sexe et le genre est pour lui une vérité incontestable, reposant sur une distinction encore plus radicale : celle entre l’identité d’une personne et son corps. Or il n’avance aucun argument à l’appui de ces réflexions : elles sont dans son esprit une évidence conforme à l’esprit du temps. Et pourtant…

Il n’y a pourtant pas de «je» derrière ou devant notre corps. Il n’y a pas de «je» qui existe (ni logiquement, ni chronologiquement) indépendamment de notre chair et qui serait ensuite attribué au hasard au corps que nous «avons». Notre corps fait partie intégrante de ce que nous sommes : nous n’«occupons» pas notre corps comme nous pourrions occuper une maison, une combinaison spatiale ou une chaise longue à la plage. Mon corps est une partie intégrante de moi, inséparable de ce que je suis. Mon corps n’est pas simplement instrumental à mon identité ; mon identité en est inséparable. Le déclasser pour en faire un simple accessoire est destructeur. La théologie chrétienne, avec sa distinction corps-âme, est claire à ce sujet : je ne suis ni mon âme, ni mon corps, mais l’union des deux.

L’hypothèse implicite de l’article de McBee, qui est à la base de la théorie du genre, est que le genre est une performance, et non une question de sexe biologique, et qu’il est donc enraciné dans la façon dont le pouvoir fonctionne dans une société donnée. Mais le genre n’est pas la seule catégorie par laquelle les sociétés exercent leur pouvoir et leur contrôle : l’âge joue également un tel rôle. Comme le sexe, il a aussi un aspect performatif spécifique à la culture, comme le reflètent les pratiques sociales, les codes de loi et les attentes culturelles : les adultes sont traités différemment des enfants.

Un sujet aussi contre-intuitif et basé sur des positions philosophiques intenables ne fait pourtant l’objet d’aucun débat. Les opposants sont considérés comme des ignorants ou des sectaires. En témoigne la fureur des médias sociaux qui s’abat sur quiconque ose remettre l’idée en question, à preuve celle qui touche actuellement J. K. Rowling, accusée de transphobie1. Derrière tout cela se cachent les hypothèses très controversées de la théorie du genre diffusées sous la caution des sciences sociales. Mais les travaux de Judith Butler et de ses disciples ne sont pas plus scientifiques que le socialisme scientifique de Marx, tout en servant le même objectif : créer une apparence d’objectivité et permettre ainsi à une façon très controversée de voir le monde de délégitimer toute voix dissidente. Contester ses hypothèses, c’est montrer à quel point l’on est réactionnaire.

Dans un article de 1979, le philosophe Alasdair MacIntyre montrait comment la méthodologie des sciences sociales était devenue un outil de pouvoir fondamental dans la bureaucratie managériale. Quarante ans plus tard, ce n’est plus seulement la bureaucratie managériale sur laquelle elle exerce son influence. La privation de droits culturels de quiconque souhaite remettre en question les hypothèses du transgenderisme indique que la même chose est maintenant bien avancée dans la société en général. Pour actualiser Nietzsche, disons que le XXIe siècle ne devrait pas tant voir le triomphe des sciences sociales que le triomphe de la méthode des sciences sociales.

Rédaction SRP

Source : First Things


1 – Voir : Les fans de «Harry Potter» secoués par les propos jugés transphobes de J. K. Rowling, Le Monde, 15 juin 2020.

 

>> Revenir à l’accueil