Facebook Twitter Linkedin Whatsapp
Bouton de la Rubrique Grand Angle

États-Unis : une vocation hors norme

Cyrus Habib est un Américain hors du commun : politicien, avocat et professeur, considéré comme une figure de proue de la vie politique dans l’État de Washington, il a connu une carrière fulgurante dans la fonction publique élue. Lieutenant-gouverneur de Washington1, il est le premier et le seul fonctionnaire irano-américain à occuper un poste élu dans tous les États-Unis. Sa cécité complète depuis l’âge de huit ans – il a perdu la vue à cause d’un cancer –ne l’a pas empêché de suivre un cursus brillant. Déjà, alors qu’il était étudiant en droit, il a plaidé pour la refonte de la monnaie américaine afin de permettre aux aveugles de distinguer les différentes coupures.

Fortement engagé personnellement et politiquement en faveur des personnes défavorisées, Habib n’a pas hésité à escalader le Kilimandjaro pour aider à collecter des fonds pour un programme d’aide aux jeunes handicapés. Il s’est distingué par un certain nombre d’initiatives en matière de législation sociale. Il a également été pionnier en matière de vie démocratique, permettant au public de commenter les propositions législatives en direct grâce à une diffusion vidéo filmée des débats sur téléphone.

Au cours de ses huit années de vie publique, Habib a soutenu le droit à l’avortement et le financement de la contraception dans l’État de Washington. Il bénéficie d’une note très favorable de la part de NARAL, le groupe national pour le droit à l’avortement, et a signalé sur son site web l’appui de NARAL Pro-Choice Washington lors de sa campagne de 2016 pour le poste de lieutenant-gouverneur. NARAL l’a également soutenu lors de sa campagne pour la législature de 2014.

Au cours de ses deux années à la Chambre des représentants de l’État et de ses deux années au Sénat de l’État, il a coparrainé plusieurs projets de loi relatifs à l’extension du droit à l’avortement. Il a reçu le soutien officiel de Planned Parenthood lors de sa campagne de 2016 et a déclaré qu’il en était «honoré».

Habib a également pris position en faveur du mariage homosexuel et des droits des transsexuels. «Je suis fier que Washington montre la voie en adoptant l’égalité du mariage dans les urnes», a-t-il déclaré lors de sa campagne de 2012.

En 2017, lorsque l’administration Trump a annoncé qu’elle modifierait le mandat du Département de la santé et des services sociaux afin d’exempter certains employeurs de la couverture des services de contraception dans leurs plans de santé «sur la base de croyances religieuses sincères», Habib a qualifié cette annonce de «scandaleuse».

Dans un essai publié dans America Magazine, annonçant son projet d’entrer dans la vie religieuse, Habib écrit que sa décision de se porter candidat à une fonction publique en 2012, 2014 et 2016 était «fermement ancrée dans l’enseignement social catholique, qui place les pauvres, les malades, les handicapés, les immigrants, les prisonniers et tous ceux qui sont marginalisés au centre de notre programme social et politique». Il écrit également que «l’Église catholique est aux prises avec des questions sociales et morales difficiles depuis 2 000 ans, et bien que je puisse être aussi impatient que n’importe qui lorsqu’elle avance trop lentement, je sais par expérience personnelle combien nous pouvons tous bénéficier d’un vocabulaire moral qui insiste sur la dignité de chaque personne».

Habib s’est converti à la foi catholique romaine pendant ses études à Oxford et, tout au long de ses années d’homme politique, il assistait à la messe à la cathédrale St. James de Seattle. Il a commencé à envisager de devenir prêtre en 2016 et a été accepté par la Compagnie de Jésus en 2019, son entrée étant reportée jusqu’à la fin de son mandat de lieutenant-gouverneur. Le 19 mars 2020, il a annoncé qu’il ne se représenterait pas aux élections et qu’il avait décidé de mettre fin à sa carrière politique pour devenir prêtre catholique.

Contacté par CNA pour savoir si son projet d’entrer dans un ordre religieux catholique indiquait un changement dans ses opinions politiques, son secrétariat a répondu qu’Habib ne répondait pour l’instant qu’aux demandes des médias nationaux et qu’il n’était pas disponible pour faire des commentaires.

Rédaction SRP

Source : America Magazine, CNA


1 – Chacun des États américains dispose d’un gouverneur élu au suffrage universel direct. Non subordonné aux autorités fédérales, il est le chef politique et exécutif de l’État. La constitution américaine préserve la notion que les États-Unis sont une fédération d’États souverains et que les pouvoirs non spécifiquement délégués au gouvernement fédéral restent aux États. Les gouvernements des États sont relativement puissants ; chaque État possède son propre droit pénal et son propre droit civil et gère, par son gouvernement, ses affaires internes.

 

>> Revenir à l’accueil