Facebook Twitter Linkedin Whatsapp
Bouton de la Rubrique Grand Angle

Theodore McCarrick : un «dévoreur d’âmes»

Le cardinal MacCarrick

Après son ordination en 1998, le Père K. Bartholomew Smith, originaire de Pittsburgh, fut nommé secrétaire du cardinal Theodore E. McCarrick, l’archevêque de Washington. Le 15 février dernier, à l’occasion de l’appel annuel pour la collecte de fonds de l’archidiocèse, il a donné son témoignage sur l’ancien cardinal dans un blog qu’il tient pour ses paroissiens de Silver Spring (Maryland).

Le P. Smith s’y déclare dégoûté par les tactiques manipulatrices de collecte de fonds employées par l’ancien prélat. Il dit à ses paroissiens qu’en raison de son expérience avec McCarrick, il préfère éviter les techniques de collecte de fonds et les tactiques ayant fait leurs preuves.

Voici des extraits de son texte :

Pour une partie de mon sacerdoce, j’ai travaillé directement pour la plus grande collecte de fonds de l’Église – de toute l’Église, l’Église universelle.

Il [McCarrick, ndlr] était un maître de l’art, et connaissait chaque technique et tactique à fond. Il avait en outre un sens extraordinaire, voire préternaturel, des gens, de ce qu’ils voulaient et de ce dont ils avaient besoin.

Mon cœur frémit à l’évocation de ce souvenir, et pas seulement à cause de son succès, mais aussi de ce qu’il a obtenu par ce biais. Il a reçu la gratitude, l’affection et la dépendance émotionnelle d’un nombre incalculable de gens, hauts et bas, riches et pauvres, parce qu’il s’est fait le dispensateur de l’approbation qu’ils désiraient, leur a dit qu’ils étaient bons et que Dieu Lui-même leur était reconnaissant, et il les a délivrés des exigences authentiques de Jésus et de son Évangile.

C’est ce que leur don a acheté, et ce que sa collecte de fonds a obtenu. Mais il leur a pris plus que leurs dons, car il était un manipulateur vorace d’affections humaines et un dévoreur d’âmes.

Vous auriez du mal à trouver une personne dans notre archidiocèse, catholique ou non, qui ne soit pas tombée sous le charme de McCarrick à un certain degré ou à un moment donné. Nous voulons tous être approuvés ; nous sommes tous en demande de reconnaissance. Il a offert l’approbation divine et la gratitude de Dieu Lui-même, et nombreux sont ceux qui ont fait de la surenchère pour les obtenir.

[McCarrick] était un maître pour convaincre les gens de l’illusion pernicieuse que Dieu Lui-même avait besoin, approuvait, et en fait leur était reconnaissant pour la différence qu’ils faisaient dans le monde. C’est, en quelques mots, la séduction du serpent comme collecteur de fonds, et il était le chanteur et l’enchanteur le plus virtuose de tous les temps.

De nombreuses bonnes œuvres ont été accomplies de cette manière, et les bénéfices qui en découlent continuent de s’accumuler à ce jour. Mais le coût en vies humaines et en dignité, le coût pour l’intégrité de la Foi, le coût pour le tissu de l’Église, n’est apparu que récemment à tous.

Les catholiques américains attendent le rapport du Vatican sur McCarrick, qui devait initialement être publié dans les premières semaines de 2020. Le cardinal Blase Cupich a récemment déclaré à EWTN News qu’il pourrait n’être rendu public qu’en mars.

Rédaction SRP

Source : CNA

 

>> Revenir à l’accueil