Facebook Twitter Linkedin Whatsapp
Bouton de la Rubrique Grand Angle

Légionnaires du Christ : polémique au sujet du nouveau supérieur général

Responsable de la région nord-américaine depuis 2014, le père John Connor, vient d’être élu supérieur général des Légionnaires du Christ pour un mandat de six ans par le chapitre général de la congrégation qui s’est tenu à Rome. Cette élection intervient à un moment où la Légion du Christ traverse une passe difficile, dont certains aspects atteignent le nouveau supérieur général lui-même dans sa crédibilité.

Légionnaires du Christ

Selon un rapport publié en décembre 2019, depuis la fondation des Légionnaires en 1941, 33 prêtres ont été reconnus coupables d’abus sexuels sur des mineurs, faisant 175 victimes. Le fondateur, le père Marcial Maciel (+ 2008) a lui-même abusé d’au moins 60 mineurs, en utilisant sa propre congrégation religieuse pour avoir accès à ses victimes et pour financer l’entretien de ses maîtresses et de ses enfants. En 2006, la Congrégation de la Doctrine de la foi, avec l’approbation du pape Benoît XVI, retira Maciel du ministère public, sans le soumettre à un procès canonique en raison de son âge avancé. En 2009, Benoît XVI ordonna une visite apostolique de l’institut religieux, placé sous la surveillance directe du Vatican. Les enquêteurs ayant constaté des problèmes importants dans la formation et les structures de gouvernement de la Légion, Benoît XVI ordonna à celle-ci d’élaborer et de mettre en œuvre de nouveaux statuts.

Le chapitre général qui vient de se tenir était donc d’une importance décisive pour la réforme de la Légion du Christ, en particulier quant au choix de ses nouveaux responsables. Le nouveau supérieur général, le père John Connor, âgé de 51 ans, est né dans le Maryland (États-Unis). Il était jusqu’à présent provincial des Légionnaires du Christ en Amérique du Nord. Il a vécu en Allemagne, en Italie et en Espagne. C’est le premier supérieur général non mexicain de la congrégation. Ordonné prêtre en 2001, il a travaillé à la collecte de fonds pour l’ordre, a supervisé son apostolat laïque (Regnum Christi) à New York et a occupé d’autres postes de direction. En 2014, interrogé sur les critères de nomination des nouveaux responsables de la Légion, le père Connor avait déclaré à un journaliste : «Pour moi, la non-association avec le fondateur est une question très importante».

Le nouveau supérieur général aura la responsabilité, avec le reste du gouvernement, d’exécuter les mandats et les directives de l’actuel Chapitre, organe suprême de direction de la congrégation. Tout particulièrement la question des abus sexuels, de l’attention portée aux victimes et de la clarification des responsabilités. Il s’est engagé à «rendre publics, à l’issue de ses travaux, les résultats de ses réflexions et résolutions sur ce sujet».

Or le nouveau supérieur général fait lui-même l’objet de critiques pour sa gestion contestée d’allégations de mauvaise conduite portées contre un prêtre de la Légion, le père Michael Sullivan. En 2017, alors qu’il était directeur territorial nord-américain des Légionnaires du Christ, le père Connor reçut deux rapports sur des comportements abusifs attribués au père Sullivan. Celui-ci était accusé de «faire preuve d’affection et de favoritisme» envers deux jeunes femmes. Dans un cas, le comportement aurait commencé lorsque la femme était lycéenne, sa famille étant impliquée dans l’apostolat de Regnum Christi. L’autre jeune femme a déclaré que le père Sullivan lui faisait des avances inappropriées pendant les séances de préparation au mariage et dans des SMS.

Le père Sullivan, qui avait déclaré n’avoir pas franchi «les limites émotionnelles ou physiques avec des mineurs», fut envoyé à un organisme spécialisé, afin de faire l’objet d’une évaluation psychologique. Une semaine après, il reprit son ministère au Texas, faisant du travail pastoral et de la direction spirituelle. Or, bien que l’évaluation ait déterminé qu’il ne présentait pas de risque pour les mineurs, il continua à suivre une thérapie continue et fréquente. Fin 2019, nouvelle alerte : une autre personne se présenta aux responsables de la Légion du Christ, indiquant que le père Sullivan «avait franchi les limites émotionnelles et physiques d’une relation pastorale avec elle et d’autres personnes». Sullivan fut alors retiré du ministère et admit avoir commis certaines formes d’inconduite sexuelle avec des adultes, comportements qui «touchaient principalement des jeunes femmes».

Dans une lettre de 2018 adressée aux Légionnaires et aux membres de Regnum Christi, le père Connor exprimait ses réflexions sur le scandale qui avait frappé sa congrégation religieuse. Il écrivait : «Lors du chapitre général de la Légion de 2014, nous avons eu des conversations sur l’opportunité de changer ou non le nom de notre congrégation : mettre définitivement notre histoire passée derrière nous et prendre un nouveau départ avec un nouveau nom. Beaucoup ont été choqués que la Légion ne change pas de nom et se sépare formellement de son histoire meurtrie et blessée. À l’époque, je me disais que je suis fier d’être légionnaire ; nous ne pouvons pas oublier notre histoire. Les blessures que nous avons subies dans le passé – ainsi que celles que nous avons infligées – font partie de nous. Elles font partie de notre histoire». Il ajoutait : «Je sais que dans le passé, j’ai été convaincu de mes propres opinions et de la direction que je voulais prendre et que souvent je ne me suis pas arrêté pour écouter les autres, prendre leurs opinions à cœur ou communiquer les raisons pour lesquelles je prends certaines décisions».

En décembre 2019, le porte-parole des Légionnaires du Christ déclara : «Avec le recul, nous comprenons maintenant que des restrictions supplémentaires auraient dû être imposées au père Sullivan avant qu’il ne reprenne son ministère». Il ajoutait que «le père Connor a rencontré les personnes les plus touchées, y compris les femmes qui ont présenté des réclamations en 2017 et plus récemment». Malgré cette mise au point, les plaignantes affirment que la gestion de la situation par l’ordre religieux a manqué de transparence et que les problèmes de longue date de l’ordre ne sont pas résolus.

Lui-même controversé sur ce sujet, le nouveau supérieur général devra donc poursuivre le processus de réforme de la Légion du Christ dans un climat qui est loin d’être apaisé.

Rédaction SRP

Sources : Catholic News Agency, Regnum Christi

 

>> Revenir à l’accueil