Bouton de la rubrique Focus

Le pape annonce un jubilé en 2025

Dans un message publié le 3 février, le pape François a annoncé le jubilé de 2025, précisant qu’il n’était «plus très loin». Dans l’Israël antique, une année jubilaire était proclamée tous les cinquante ans, marquée par la remise de dettes, la libération des esclaves et le repos total de la terre. Pour les catholiques, le premier jubilé daterait de 1300, où 200 000 pèlerins se rendirent à Rome, poussés par la rumeur selon laquelle tout chrétien qui visiterait le corps des apôtres Pierre et Paul pendant cette année centenaire sera délivré tant de ses fautes que de sa peine. Le pape Boniface VIII décida d’accorder l’indulgence plénière à tous les fidèles venus prier dans les basiliques Saint-Pierre et Saint-Paul-hors-les-Murs. Le jubilé se fête maintenant tous les 25 ans. S’y ajoutent des années saintes extraordinaires, comme celle de 2016, année du Jubilé de la miséricorde décrété par le pape François pour le cinquantenaire de la clôture du concile Vatican II.
Source : La Croix

Protection des mineurs : révision du Droit canon

Code de droit canonique

Le pape a annoncé qu’une nouvelle révision des articles du Droit canon concernant les abus sexuels sur mineurs par le clergé était en cours «en vue d’une plus grande efficacité des procédures, pour les rendre plus ordonnées et cohérentes, à la lumière des nouvelles situations et problématiques du contexte socio-culturel actuel.» François a encouragé les rédacteurs à une grande fermeté pour mieux protéger les plus petits «dans un domaine où l’Église est directement impliquée, pour avancer avec rigueur et transparence dans la protection de la sainteté des sacrements et de la dignité humaine violée, spécialement celle des plus petits.» Il a fait passer de 14 ans à 18 ans la limite d’âge en dessous de laquelle la détention de matériel pédopornographique impliquant des mineurs est considérée comme un délit grave.
Source : Zenit

Les libéralités de l’ex-cardinal McCarrick

Une enquête du Washington Post a révélé que l’ancien archevêque de Washington, Theodore McCarrick, longtemps figure de proue de l’Église catholique aux États-Unis, qui a été renvoyé de l’état clérical en février dernier pour abus sur mineurs, a donné plus de 600 000 dollars à de hauts responsables de l’Église aux États-Unis et à Rome. À partir de 2001, le fonds spécial qui fut à son usage exclusif pendant près de 17 ans a versé des sommes plus ou moins importantes à une soixantaine d’évêques et de cardinaux. Certains des récipiendaires sont directement impliqués dans le traitement des accusations d’abus portées contre l’ancien cardinal. Les cardinaux Sodano, Bertone et Parolin, et les papes Jean-Paul II et Benoît XVI figurent au nombre des bénéficiaires. La plupart du temps, ces dons étaient faits au moment de Noël ou pour célébrer un événement important. Le fonds était principalement abondé par de généreux donateurs, mais Theodore McCarrick a également redirigé vers ce compte au moins 250 000 dollars d’une fondation dont il était membre du conseil d’administration.
Sources : Washington Post, Le Monde

Plan de paix pour le Proche-Orient : les évêques américains réservés

Les évêques américains ont exprimé leurs réserves sur le plan de paix pour le Proche-Orient présenté le 28 janvier dernier par le Président Trump. Une lettre a été adressée en ce sens au secrétaire d’État américain. Elle rappelle que les négociations de paix doivent respecter certains principes immuables, notamment que «les Israéliens et les Palestiniens sont les seuls à pouvoir résoudre leurs différends et à s’entendre sur une solution négociée». Tout en reconnaissant le rôle des États-Unis, elle affirme que les négociations directes entre les deux parties sont la voie à privilégier, avec le concours de la communauté internationale. Elle rappelle la position du Saint-Siège en faveur de deux États, du droit d’Israël «à vivre en paix et en sécurité à l’intérieur de frontières reconnues par la communauté internationale» et du respect des aspirations légitimes du peuple palestinien. De plus, «les dirigeants des deux nations doivent garantir le droit de pratiquer et de professer sa foi aussi bien aux chrétiens locaux qu’aux pèlerins, ainsi que le libre accès aux Lieux saints».
Source : Vatican News

Innocenté par la justice, le cardinal Barbarin se confie

Le Cardinal Barbarin

Dans un long entretien accordé au Point, l’archevêque de Lyon est revenu sur la procédure judiciaire menée contre lui, sur les quatre années de cette épreuve, sur le «tsunami médiatique» qu’elle a provoqué et sur la prise de conscience progressive de la pédophilie dans l’Église. «Cette affaire restera attachée à mon nom et me collera toujours au visage… Je resterai celui qui n’a pas…», explique-t-il. «Celui qui n’a pas ?» demande le journaliste. L’archevêque répond : «Celui qui n’a pas dénoncé des actes odieux. Pourtant, la justice vient de dire que ce n’était pas à moi de le faire.» Il précise : «Ce n’est qu’à la fin de l’année 2014 que je prends conscience brutalement, de la réalité des actes commis, de ce qu’ils signifiaient concrètement, de la souffrance des victimes…» Il poursuit : «Il faut éradiquer ce fléau, et il n’est pas étonnant que l’Église prenne des coups». D’une façon plus personnelle, il confie : «Avant toute chose, je voudrais dire combien ces quatre années m’ont changé». Il se dit prêt à reprendre du service : «Je me suis retrouvé dans le caniveau, oui… Mais ce n’est pas grave ! L’essentiel, comme le dit saint Paul, est que la Parole de Dieu poursuive sa course».
Source : Le Point

Pédophilie : la boîte de Pandore est ouverte

Jusqu’ici, en France, les médias se sont focalisés sur les abus commis par des hommes d’Église. Mais le livre Le Consentement semble avoir ouvert la boîte de Pandore des «révélations» touchant l’ensemble des institutions sociales, éducatives, culturelles, sportives… L’heure a sonné pour les milieux sportifs, où les abus sexuels – y compris les viols sur mineurs – étaient un secret de polichinelle. C’est le journal L’Équipe du 29 janvier qui a ouvert le feu, avec une enquête sur les violences sexuelles et le harcèlement moral subis par de jeunes athlètes mineures dans les milieux du patinage artistique et de la natation de la part de leurs entraîneurs. Le lendemain paraissait en librairie , témoignage choc de l’ancienne patineuse Sarah Abitbol, qui affirme avoir été violée par son entraîneur à de nombreuses reprises alors qu’elle n’avait qu’une quinzaine d’années. Et ce n’est sans doute qu’un début. La révolution sexuelle qui a suivi mai 68 n’en finit pas de porter ses fruits amers…
Source : Le Figaro

Décès de Mary Higgins Clark, une catholique fervente

Mary Higgins Clark

La « reine du suspense », la romancière Mary Higgins Clark, auteur de 57 romans policiers, est décédée le 30 janvier à l’âge de 92 ans, en Floride. Cette catholique fervente était née dans une famille de souche irlandaise qui lui avait transmis une foi solide. Interrogée en novembre dernier, à l’occasion de la publication de son livre Embrassez les filles et faites-les mourir, elle déclarait aimer «créer des personnages catholiques qui, malgré les obstacles et le danger, persévèrent dans leur lutte quotidienne de la vie». « J’ai grandi en observant des femmes catholiques qui étaient des figures fortes. Il était naturel de modeler mes personnages d’après les gens que je connaissais», explique-t-elle. «Sa foi était si importante qu’elle voulait que les gens le sachent à travers ses livres. Elle était très fière d’être catholique», a témoigné un prêtre qui la connaissait. Récompensée par de très nombreux prix et diplômes honorifiques, elle était surtout très fière d’être membre de l’Ordre de Saint-Grégoire le Grand, de l’Ordre de Malte, de l’Ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem, et également d’avoir reçu le Prix Graymoor des franciscains.
Source : The Dialog

Photo : Alvintrusty / Wikimedia Commons

 

>> Revenir à l’accueil