Bouton de la rubrique Focus

Vatican : un forum sur l’intelligence artificielle

L’Académie pontificale pour la vie organise le 28 février prochain un forum sur l’Intelligence artificielle sous le titre «Renaissance. Pour une Intelligence artificielle humaniste», en présence d’hommes politiques, du président de Microsoft et de dirigeants d’entreprises de haute technologie. Participeront également aux travaux le président du Parlement européen et le directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (la FAO), le Chinois Qu Dongyu. Microsoft et IBM signeront un «Appel pour l’éthique», afin d’aider les entreprises dans un processus d’évaluation des effets des technologies liées à l’intelligence artificielle, des risques qu’elles comportent, des modes de régulation possibles, y compris sur le plan de l’éducation.
Source : Vatican News

Pédophilie : la clairvoyance de Benoît XVI

Benoît 16

Benoît XVI est le pape qui a décidé d’éradiquer la pédophilie dans l’Église par des décisions fermes et par des mesures préventives. C’est lui aussi qui a mis au jour avec le plus de lucidité les racines de cette perversion sexuelle : «La révolution de 1968 s’est battue pour une complète liberté sexuelle, qui n’admettait plus de normes. […] La pédophilie a alors également été diagnostiquée comme permise et appropriée», a-t-il expliqué, ajoutant qu’elle a été encouragée par un courant de la théologie catholique qui a introduit dans l’Église un relativisme éthique selon lequel «il ne pouvait y avoir quoi que ce soit d’absolument bon, ni quoi que ce soit d’absolument mauvais, mais seulement des appréciations relatives.» Selon lui, ces théoriciens ont mis «radicalement en question l’autorité de l’Église dans le domaine moral» et provoqué «un effondrement» de son enseignement dans ce domaine. En rejetant sur Mai 68 la responsabilité de ces dérives à l’occasion de l’affaire Matzneff, les intellectuels de gauche confirment l’analyse de Benoît XVI sur l’idéologie qui leur a fait cautionner la pédophilie.
Source : Revue Item

France : un nouveau nonce apostolique

Le 11 janvier, Mgr Celestino Migliore, 67 ans, a été nommé par le pape nonce apostolique en France. Italien polyglotte, titulaire d’un doctorat en droit canonique, diplomate à la carrure internationale, il était jusqu’à présent nonce en Russie. Cet homme, décrit comme «aussi ouvert et chaleureux que rigoureux sur le fond», est entré au Service diplomatique du Saint-Siège en 1980. Observateur permanent du Saint-Siège auprès du Conseil de l’Europe – où il défendit avec détermination la vision du Saint-Siège sur tous les fronts de la diplomatie internationale – puis sous-secrétaire de la Section pour les relations avec les États de la Secrétairerie d’État, il fut nommé observateur permanent à l’ONU à New-York en 2002. Mgr Migliore succède à Mgr Luigi Ventura, mis en cause pour agression sexuelle par le responsable des événements internationaux à la Mairie de Paris, et qui a donné sa démission le 17 décembre dernier.
Source : Zenit

Communiqué de Mgr Michel Aupetit sur le projet de loi bioéthique

«Si nous nous taisons, les pierres crieront» (Lc 19, 40).
Après avoir commencé à détruire la planète, allons-nous laisser défigurer notre humanité ? Qui osera élever la voix ?
À l’heure de l’examen par le Sénat du projet de loi bioéthique, une prise de conscience est urgente. Depuis des années, nous nous engageons toujours plus avant vers une dérive mercantile de pays nantis qui se payent le luxe d’organiser un trafic eugéniste avec l’élimination systématique des plus fragiles, la création d’embryons transgéniques et de chimères.
Comment se fait-il que notre société si soucieuse, à juste titre, du respect de l’écologie pour la planète, le soit si peu quand il s’agit de l’humanité ? Tout est lié.
Je le répète une fois encore : l’enfant est un don à recevoir, pas un dû à fabriquer. L’absence d’un père est une blessure que l’on peut subir, mais il est monstrueux de l’infliger volontairement.
Comme vient de le rappeler le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France, il faut garantir au nom de la liberté le droit à l’objection de conscience dans ces domaines.
Il est encore temps pour le législateur de se ressaisir, d’oser dépasser les postures idéologiques et pour tous les citoyens de faire entendre la voix du bon sens, de la conscience et de la fraternité humaine.
Source : L’Église catholique à Paris

Loi bioéthique : de nombreuses dérives ont été ajoutées par le Sénat

Cellule implantée

Dans un communiqué, Alliance Vita alerte sur plusieurs aspects de la Loi bioéthique après son examen par le Sénat. En voici des extraits :
L’article 1, le plus controversé, instaurant la «PMA sans père» n’a pas été supprimé par la commission spéciale du Sénat. C’est une injustice pour les enfants privés de père et pour ceux privés volontairement de toute origine avec la mesure du double don de gamètes. C’est une défaite pour les femmes, à qui l’on impose une emprise médicale croissante avec la technique de la congélation ovocytaire, fausse promesse d’une assurance de maternité. C’est une pression pour intensifier la pratique de PMA avec tiers donneur, très minoritaire actuellement (moins de 5 % des enfants nés par PMA chaque année), la porte ouverte au marché de la procréation pour acquérir des gamètes.
La levée de l’anonymat ne supprimera pas l’injustice d’une filiation éclatée et peut se révéler une bombe à retardement. L’interdiction de transcription totale des états civils étrangers votée en commission ne vient que très partiellement compenser la portée de l’interdiction de la GPA, régulièrement bafouée. De nombreuses dérives ont été ajoutées au texte des députés, notamment l’allongement des délais d’expérimentation sur les embryons (21 jours), l’ajout de nouveaux procédés eugéniques par le tri des embryons par diagnostic préimplantatoire et la réintroduction du procédé de double-tri dit «bébé-médicament». La commission a supprimé l’instauration d’un plan infertilité, qui est pourtant une urgence sanitaire. Le texte lève des interdits majeurs, celui de créer des embryons transgéniques et des embryons chimère (homme-animal).
Source : Alliance Vita

Le baptême, une priorité pour les enfants

Dans une homélie prononcée à Saint-Germain l’Auxerrois (Paris 4e) le 12 janvier 2020, Mgr Michel Aupetit a déclaré : «Le baptême nous fait devenir enfants de Dieu, alors que nous ne sommes que des créatures. Nous accédons à un statut extraordinaire et inatteignable par nos propres forces ou notre propre volonté. […] Les parents, qui ont raison de penser à leurs enfants et à leur avenir, les obligent à aller à l’école pour préserver cet avenir. Ils ne leur demandent pas leur avis parce qu’ils veulent le meilleur pour eux. Nous pensons tous à notre avenir et ce qui se passe aujourd’hui à propos des retraites en est bien l’expression. Mais notre avenir ne s’arrête pas à nos retraites, Dieu soit loué ! Alors je crois que les parents devraient être véritablement plus soucieux de l’avenir éternel de leurs enfants. Si nous croyons vraiment que Jésus nous ouvre les portes du Ciel, qu’il est le Fils de Dieu et qu’il nous aime au point de donner sa vie, il est grave et inconséquent de ne pas faire du baptême une priorité pour nos enfants.»
Source : L’Église catholique à Paris

Science Magazine rend hommage au mariage chrétien

Mariage à l'église

Le 8 novembre 2019, Science Magazine a publié une étude anthropologique tendant à montrer que l’Eglise catholique a joué un rôle majeur dans l’apparition d’élites en Occident en régulant les sociétés au moyen de l’institution du mariage chrétien. Des chercheurs de l’université américaine George Mason ont en effet constaté que les «élites occidentales» constituent un groupe à part «qui se démarque de tous les autres types de population dans le monde : plus altruiste, plus développé, plus enclin à la réussite», et cela en raison du modèle familial chrétien. Selon cette étude, l’Église catholique a lentement fait émerger un nouveau type de relations humaines, où le clan cesse de l’emporter sur le noyau familial, ce qui permet à tous les membres d’une famille de s’épanouir. Le mariage chrétien, en faisant disparaître l’endogamie, a permis à la famille d’acquérir un rayonnement moral, intellectuel et social. L’homme occidental devrait donc sa réussite à «l’institution familiale durable» mise en place par l’Église.
Source : Science Magazine

Royaume-Uni : un médecin chrétien de nouveau inquiété

L’organisme indépendant de réglementation des médecins du Royaume-Uni veut réviser sa décision de clore une affaire contre le Dr Richard Scott, un médecin généraliste du Kent accusé d’avoir discuté de religion avec des patients. Dans une entrevue accordée le 9 décembre à BBC Radio Kent, le Dr Scott a souligné la nécessité d’être «audacieux» pour aider les patients ayant des problèmes de santé mentale difficiles et des troubles de la personnalité. «Je suis prêt à prendre des risques au nom de Jésus parce que j’ai vu combien les patients peuvent en bénéficier. […] J’ai vu des centaines de patients en bénéficier au fil des ans, et si un ou deux n’aiment pas ce que je fais, alors c’est un risque que je suis prêt à prendre», a-t-il déclaré. Scott avait reçu un premier avertissement du conseil médical en 2012.
Source : Catholic News Agency

Un appel dramatique du cardinal Zen

Écrite en septembre 2019, une lettre du cardinal chinois Zen, archevêque émérite de Hong Kong, adressée aux membres du Sacré Collège vient d’être rendue publique, probablement envoyée à la presse dans sa version italienne par un des destinataires. C’est un appel dramatique à ses frères cardinaux pour les sensibiliser à la situation de l’Église en Chine. Le document se compose de la lettre d’appel, de la citation des Orientations pastorales publiées par le Saint-Siège et des observations précises faites par le cardinal lui-même sur divers points des Orientations. Elle se termine par cette phrase : «Pouvons-nous assister passivement à ce meurtre de l’Église en Chine par ceux qui devraient la protéger et la défendre des ennemis ?» Une interrogation que les dernières orientations de la politique religieuse chinoise rendent encore plus actuelle…
Source : La Nuova Bussola Quotidiana

Comment les catholiques ont bâti une civilisation

Avec la disparition des modèles grec et latin, l’Europe a dû se forger une nouvelle identité, fondée notamment sur le message du Christ. Ce livre du Père William J. Slattery, prêtre américain du diocèse de Spokane (État de Washington), philosophe, historien et auteur de livres de spiritualité retrace le rôle essentiel joué par les hommes d’Église dans les siècles fondateurs de notre civilisation. L’ouvrage analyse le rôle de la religion catholique dans la construction de la civilisation occidentale par le biais de personnalités catholiques concrètes, hommes et femmes ayant incarné la vision catholique de Dieu et de l’homme, du temps et de l’éternité, dans un contexte incertain et souvent tragique. Il rend toute leur vie, leur génie et leur fougue à des figures de pionniers qui posèrent les fondations d’un nouvel ordre sociopolitique. Ce faisant, il balaye le large spectre de ce que l’Occident leur doit encore aujourd’hui, de son idéal éducatif à son architecture, de sa musique à sa vision de l’économie.
William J. Slattery, Comment les catholiques ont bâti une civilisation, Mame, 2020.

>> Revenir à l’accueil