Facebook Twitter Linkedin Whatsapp

Bouton de la Rubrique Grand Angle

2020 : une année à haut risque pour l’Église catholique

Selon le journaliste George Weigel, l’année 2020 se présente comme une année à haut risque pour l’Église catholique. À l’appui de cette affirmation, il énumère un certain nombre de dossiers qui doivent retenir l’attention de tout catholique :

– Les scandales financiers au Vatican vont probablement se multiplier, en nombre et en importance. Depuis quelques mois, le barrage du secret, qui masquait l’irresponsabilité de certaines personnalités très haut placées (voire pire), est en train de se fissurer, et il faut s’attendre à des révélations sur la corruption, le détournement de fonds de charité, les investissements malheureux et l’incompétence des responsables.

Saint-Pierre de Rome

– La diplomatie du Vatican risque fort de décevoir sur la question des droits de l’homme. Au cours des six dernières années, elle n’a guère obtenu de succès pour les faire respecter en Syrie, en Russie, en Ukraine, en Birmanie, à Cuba, en Chine et au Venezuela, semblant accorder la priorité à la question des changements climatiques et à celle des migrants. On observe en particulier que, depuis l’«accord provisoire» de septembre 2018 entre le Vatican et la Chine, la persécution des chrétiens ne cesse de s’intensifier.

– Un rapport sur la carrière de l’ancien cardinal Theodore McCarrick sera probablement publié par le Saint-Siège. Un rapport sans doute accablant, qui ne devra pas faire oublier que McCarrick était un psychopathe et qu’il a trompé beaucoup de gens pendant des décennies, y compris ses nombreux anciens amis de la sphère catholique aux États-Unis et dans le monde entier.

– Dans de nombreux États seront mis au jour des cas nombreux d’abus sexuels par des clercs. Ce qui fera oublier que l’Église catholique est aujourd’hui sans doute l’environnement le plus sûr pour les jeunes et que, après l’expérience amère qu’elle a faite ces années passées, elle a beaucoup appris sur la création d’environnements sûrs, ce dont beaucoup d’institutions pourraient s’inspirer.

– La condamnation du cardinal Pell sera contestée devant la Haute Cour d’Australie au cours du mois de mars 2020. Son innocence, qu’il ne cesse de clamer, sera-t-elle reconnue ? L’enjeu est double : la restauration de la réputation de l’Australie en tant que pays gouverné comme un État de droit, et la possibilité pour le cardinal de reprendre son rôle de premier plan dans les affaires catholiques.

Bien d’autres dossiers pourraient être cités, tout aussi préoccupants pour l’Église : le processus synodal allemand, le texte final du synode sur l’Amazonie, mais aussi… l’avenir du pape François, au sujet duquel des rumeurs de démission se propagent depuis quelque temps dans les couloirs du Vatican.

Pendant et après la sinistre période de loi martiale au début des années 1980, de nombreux Polonais se saluaient le 1er janvier par ces mots : «Que la nouvelle année soit meilleure que vous ne le pensez !» À l’aube de l’année 2020, ce salut pourrait être adopté par les catholiques soucieux de l’avenir de leur Église, car l’actualité s’annonce plutôt sombre pour elle en 2020.

Rédaction SRP

Source : National Catholic Register

 

>> Revenir à l’accueil