Facebook Twitter Linkedin Whatsapp
Bouton de la Rubrique Grand Angle

Un miracle du cardinal Newman

Lorsque Melissa Villalobos, une mère de famille catholique de Chicago, entendit parler pour la première fois du cardinal John Henry Newman, elle n’avait aucune idée du rôle qu’il jouerait dans sa vie, ni du rôle qu’elle jouerait dans sa cause de canonisation. En 2000, elle tomba par hasard, en regardant EWTN, sur une émission dont il était le sujet, et elle fut frappée par ce que les invités disaient de lui. Mais ce n’est qu’un an plus tard, lorsque son mari rapporta à la maison deux images du cardinal, que sa dévotion à son égard commença vraiment.

Le cardinal Newman

Elle exposa l’une des images dans le salon, l’autre dans sa chambre, et elle passait tous les jours devant : «Je le regardais dans les yeux, je le priais, et je lui parlais comme une mère. Et j’avais l’impression que son expression correspondait à mes émotions à ce moment-là. Si je me sentais triste pour une raison quelconque, il avait l’air sympathique ; si je ressentais de la joie, il avait l’air heureux, et j’avais l’impression que nous vivions vraiment ensemble», se souvient-elle. Elle invoquait souvent le cardinal et le considérait comme un de ses amis spirituels les plus proches. Finalement, elle chercha ses écrits sur internet, et eut l’impression en les lisant d’avoir «trouvé de l’or dans son jardin» : «Il avait une telle affection pour les gens ordinaires que j’ai senti en lisant ses lettres que je pouvais être une de ces personnes ordinaires dans sa vie.»

Plus Mme Villalobos en apprenait sur Newman, plus elle se sentait proche de lui. En 2013, elle fut enceinte de son cinquième enfant et sa grossesse connut de graves complications qui mirent sa vie et celle de l’enfant en danger. Le pronostic était sombre, et il n’y avait aucun remède médical ou chirurgical. Il lui fut demandé de rester alitée, mais elle devait continuer à s’occuper de ses quatre autres jeunes enfants. Le matin du 15 mai, moins d’une semaine après avoir reçu le diagnostic, elle se réveilla dans une mare de sang, alors que son mari était parti en voyage d’affaires. Elle décida de donner d’abord leur petit-déjeuner à ses enfants, puis elle alla dans la salle de bain, où elle s’effondra. N’ayant pas son téléphone portable avec elle, elle pensa d’abord appeler l’un de ses enfants, mais elle craignit que ses cris ne provoquent d’avantage de saignements ou une fausse couche. Désespérée, elle appela son ami, le cardinal Newman : «S’il vous plaît, cardinal Newman, faites que le saignement s’arrête. Et, juste à ce moment, ça s’est arrêté immédiatement. Et je me suis levée et j’ai senti une odeur de roses qui remplissait l’air de la salle de bain», témoigne-t-elle. Elle remercia le cardinal : «Je savais que j’étais guérie, et je savais que Gemma, ma fille, allait bien».

Une échographie était prévue l’après-midi même, qui révéla que le saignement s’était complètement arrêté. Elle attendit la naissance de Gemma pour rapporter le miracle au postulateur de la cause de canonisation de Mgr Newman. En février 2019, elle reçut la nouvelle que le pape François avait signé le diplôme reconnaissant le miracle dont elle avait bénéficié.

Source : Catholic News Agency

Rédaction SRP

 

>> Revenir à l’accueil