Bouton de la rubrique Focus

Les événements religieux marquants de 2019

  • 22-27 janvier : JMJ de Panama, rassemblant plus de 110 000 jeunes.
  • 29 janvier : libération d’Asia Bibi, chrétienne pakistanaise condamnée à mort pour blasphème en 2010.
  • 4 février : le pape et l’imam d’Al-Azhar (université de l’islam sunnite au Caire) signent à Abu Dhabi un document sur la Fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune, insistant sur le dialogue interreligieux et l’égalité des droits.
  • 7 mars : le cardinal Barbarin est condamné à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation des abus sexuels commis par Bernard Preynat.
  • 15 avril : le toit et la flèche de Notre-Dame de Paris sont détruits par un incendie. La cathédrale reste en état d’«urgence absolue».
  • 21 avril : 258 morts au Sri Lanka en raison d’explosions dans quatre hôtels de luxe et trois églises, en pleine messe de Pâques, en plusieurs endroits de l’île. Des actes revendiqués par Daech.
  • 7 septembre : les orthodoxes européens se rattachent à Moscou. Ce choix clôt un siècle d’histoire de la diaspora russe en Europe.
  • 13 octobre : canonisation du cardinal britannique John Henry Newman (1801-1890), grand théologien passé de l’anglicanisme au catholicisme.
  • 27 octobre : le Synode sur l’Amazonie publie son document final, qui sollicite la possibilité d’ordonner prêtres des diacres mariés.
  • L’exhortation apostolique post-synodale est attendue pour début 2020.
  • 5-6 novembre : pour la première fois dans l’histoire de l’Église de France, des non-évêques (200 baptisés invités par leurs évêques) participent à l’Assemblée plénière de Lourdes.
  • 24 novembre : en visite au Japon, le pape redit «non» aux armes nucléaires.
  • 29 novembre : l’avocat général demande la relaxe du cardinal Barbarin devant la 4e chambre correctionnelle de la cour d’appel de Lyon. La décision sera rendue le 30 janvier 2020.
    Source : La Croix

Pape François : «La curie change pour mieux servir l’humanité»

Le pape François

Lors de la rencontre pour les vœux de Noël, le pape s’est adressé à la Curie romaine pour parler des transformations en cours dans les institutions du Vatican, en rappelant les besoins et les objectifs des nouveaux départements. La réforme de la Curie romaine, a dit François, «n’a jamais eu la présomption de faire comme si rien n’avait existé auparavant», mais vise au contraire à «valoriser le bien qui a été fait dans l’histoire complexe de la Curie». Le constat d’un monde qui n’a plus conscience de l’Évangile comme par le passé a justifié une profonde restructuration des départements historiques et la naissance de nouveaux.
Une allusion au primat donné à la Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples sur la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, à la création du dicastère pour la Communication, une entité réunissant neuf entités précédemment séparées des médias du Vatican, et à celle du Dicastère pour le service du développement humain intégral, regroupant les Conseils pontificaux pour la justice et la paix, Cor Unum, la pastorale des migrants et des travailleurs de la santé.
Source : Vatican News

La Parole libérée : le livre de la discorde ?

À quelques jours du procès de Bernard Preynat (qui sera jugé à partir du 13 janvier par le tribunal correctionnel de Lyon pour des dizaines d’agressions dans les années 1980 contre les jeunes scouts de sa troupe), un livre intitulé Abusés : des victimes de prêtres témoignent, à paraître le 10 janvier aux éditions Temps présent, sème la discorde entre ses victimes : plusieurs membres de l’association La Parole libérée ont saisi la justice pour en empêcher la sortie, car il comporte leurs témoignages sans qu’ils aient donné leur accord. Cette affaire pourrait être le symptôme de désaccords plus profonds au sein de l’association : son but est-il de défendre les victimes ou de militer pour une cause plus large, qui nécessite des moyens financiers ?
Source : La Croix

Nigeria : exécution de onze chrétiens à Noël par l’EI

Le 26 décembre, le groupe djihadiste État islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP) a diffusé une vidéo d’une minute montrant l’exécution dans le Nord-Est du Nigeria de onze hommes présentés comme des chrétiens. Ils ont les yeux bandés et sont exécutés par balles puis poignardés. Un homme au visage masqué affirme que c’est «un message aux chrétiens du monde entier» en pleine période de Noël. Il ajoute que ces chrétiens ont été exécutés pour venger la mort du chef de l’État islamique Abou Bakr Al-Bagdhadi lors d’une intervention américaine en octobre dernier en Syrie. Ces derniers jours, les djihadistes ont multiplié leurs actions violentes dans le nord-est du Nigeria. Selon les derniers chiffres de l’ONU, l’insurrection djihadiste au Nigeria, qui s’est propagée au Niger, au Tchad et au Cameroun, a fait en dix ans plus de 36 000 morts et deux millions de déplacés au seul Nigeria, provoquant une crise humanitaire majeure dans la région.
Source : Le Figaro

Mise en garde des exorcistes contre un livre pour enfants

Livre démoniaque

Le 11 décembre dernier, l’Association internationale des exorcistes a mis en garde contre un livre pour enfants de 5 à 10 ans paru aux États-Unis sous le titre Children’s Book of Demons (Un livre de démons pour les enfants). L’ouvrage encourage les enfants à invoquer le démon dans leur vie quotidienne. Il contient 72 notices accompagnées chacune d’un symbole occulte permettant d’invoquer un démon choisi en fonction des effets que l’enfant en attend. Le Père Bamonte, président de l’AIE, note que «L’auteur, sans aucune retenue, présente aux enfants l’invocation des démons comme quelque chose d’ordinaire et de recommandable, les invitant à s’allier à eux, afin d’en tirer quelque avantage. […] L’auteur, simplifiant au maximum un grimoire, l’adapte aux enfants, c’est-à-dire qu’il le transforme en un jeu amusant : les sceaux démoniaques servent de « numéro de téléphone » pour contacter les esprits mauvais». Il conclut que ce livre «représente une nouvelle étape d’un projet obscur qui, commencé dans les années 1970, propose – après une première familiarisation des jeunes générations à l’occultisme – d’en venir progressivement à la proposition explicite d’adorer le diable en personne».
Source : Life Site News

Gabriel Matzneff rattrapé par son passé pédophile

Dans Le Consentement, paru le 2 janvier, Vanessa Springora, 47 ans, nouvelle directrice des Éditions Julliard, décrit comment, à 14 ans, elle est tombée sous le charme de l’écrivain alors quinquagénaire Gabriel Matzneff, un dandy libertin connu pour sa pratique de la pédophilie. Pendant plus de quarante ans, Matzneff a décliné à l’envi dans ses livres comme à la télévision son goût pour les adolescentes de moins de 15 ans et pour le tourisme sexuel avec de petits garçons en Asie, sans que personne ne s’en offusque dans le milieu littéraire et journalistique.
Comme son titre l’indique, le livre pose le problème du consentement de la jeune fille, qui mit du temps à percevoir la vraie nature de cette relation, et de celui de sa mère, flattée de cette liaison avec un écrivain reconnu. Vanessa montre «toute l’ambiguïté de se sentir complice de cet amour qu’on a forcément ressenti, de cette attirance qu’on a soi-même suscitée, qui nous lie les mains plus encore que les quelques adeptes qui restent à G. dans le milieu littéraire» et l’extrême difficulté de se défaire de son emprise, même des années après.
Vanessa Springora, Le Consentement, Grasset, 2020, 218 p.
Source : Le Figaro

La Chine veut réécrire la Bible

Les autorités chinoises ont récemment souhaité que les textes religieux se conforment désormais aux «exigences de la nouvelle époque», une expression qualifiant l’ère dans laquelle la Chine est entrée sous le président Xi Jinping, dont la «pensée» est inscrite depuis 2018 dans la Constitution chinoise. «Il faut une évaluation complète des traductions existantes de classiques religieux. Pour les contenus non conformes, il faut des modifications et retraduire les textes», affirme le compte-rendu d’un symposium présidé par l’un de sept membres du comité permanent du Politburo chinois. Objectif affiché : «former graduellement un système idéologique religieux». En clair : réécrire la Bible, le Coran et les autres textes sacrés en fonction de la ligne du Parti. Une volonté qui souligne en creux la crainte du pouvoir de perdre la main sur le peuple, malgré la mise en place de la reconnaissance faciale et l’installation sur les smartphones de méga-applications permettant de tracer le moindre acte de la vie quotidienne.
Source : France info TV

La Reine des neiges 2, Star Wars IX : le credo progressiste de Disney

Selon le critique Pierre-Henri d’Argenson, La Reine des Neiges 2 et Star Wars IX, méga-productions des studios Disney sorties au mois de décembre, manifestent «l’effondrement de la puissance narrative et mythologique qui avait fait la force des premiers opus, au profit d’une tornade de séquences d’action sans profondeur ponctuées des poncifs à la mode de l’idéologie progressiste». Les héros de Star Wars IX «immergés dans l’action perpétuelle, vivent dans un éternel présent qui les prive de toute épaisseur psychologique, de tout mystère. […] Les nouveaux personnages n’ont quasiment pas d’histoire, pas de pensée, pas d’ancrage symbolique. On a l’impression que les nouvelles productions ont voulu casser les archétypes des mythes, ceux qui rattachaient les anciens personnages à des figures ancestrales : la princesse, le chevalier, le bandit, le père tyrannique… La trilogie de Georges Lucas puisait dans les Atrides, Rome, Aristote, Machiavel, Grimm, Tolkien, Asimov, la Bible, elle n’a pu être écrite que par des hommes de culture.» On retrouve dans ces deux productions «le même fil directeur progressiste : libérez-vous du passé, libérez-vous du désir, soyez qui vous voulez, aimez tout le monde et vivez dans un éternel présent qui vous gardera des questions philosophiques angoissantes.»
Source : Pour une école libre

400 litres d’eau pour bénir un village américain

Avion jaune

À Cow Island, en Louisiane, le Père Matthew Barzare est à la tête d’une paroisse isolée de 200 familles dispersées dans une zone rurale. Pour bénir un maximum de familles, il a chargé un pilote de pulvériser par avion près de 400 litres d’eau bénite sur les champs, magasins, églises et écoles. L’idée était en particulier de bénir les récoltes, une tradition qui «vient de ce que nous appelons les Quatre-Temps, des jours de jeûne au commencement des quatre saisons. Les prêtres catholiques se déplaçaient dans les paroisses rurales, en particulier au moment des récoltes, et bénissaient les champs et les récoltes, ainsi que la communauté qui s’en occupait».
La publication des photos de l’événement sur Facebook a incité les internautes à proposer l’initiative pour d’autres régions. «Nous prévoyons de le refaire l’année prochaine. Avec plus de 1 100 litres, nous pourrons bénir une région beaucoup plus grande qu’avec nos 400 litres.» Le prêtre a l’intention d’en faire une tradition de Noël.
Source : Ouest-France

Rédaction SRP

 

>> Revenir à l’accueil