Facebook Twitter Linkedin Whatsapp

Noël : Admirabile commercium1 ?

Strasbourg est en effervescence… Le traditionnel marché de Noël, qui fête cette année sa 450e édition, s’est installé dans le centre de la cité alsacienne.

«Quel que soit votre âge, redécouvrez Noël, et vivez tour à tour un Noël magique, un Noël autrement, grâce à Strasbourg capitale de Noël !»

C’est une odeur de fête qui monte des chalets, tout emplie de froidure, de châtaigne grillée, d’effluves de vin chaud, de cannelle épicée. Au milieu des baraques tout enguirlandées, des enfants stupéfaits, chaudement emmitouflés, dévorent du regard tout ce qui passe à leur portée. Quelques enfants d’hier les accompagnent aussi, profitant du spectacle par les plus jeunes offert…


Chacun conviendra qu’un marché de Noël est une invitation à préparer la Fête : la venue du Christ.


Tout en vous baladant, vous rencontrez ici, grimés en camelots, commerçants fatigués, forains désabusés tenant une boutique déguisée en chalet. Après le Black Friday, les marchés de Noël, c’est le camp du commerce qui vient encore frapper. Le marché de Noël est souvent devenu le sapin qui cache la jungle consumériste d’un libéralisme avide se répandant drapé dans la moelleuse pelisse du bon papa-gâteau. Des gâteaux, soyez sûrs d’en avoir plein le ventre au hasard des food-truck, qui en proposent une overdose à grand renfort de männele, de stollen et autres gâteries toutes plus appétissantes les unes que les autres.

Ces vendeurs ambulants doivent faire du chiffre à n’importe quel prix ! Avant d’être arrivés à la nouvelle année, on vous proposera des boîtes de chocolat, les unes vendues par deux, d’autres bradées par trois, alors qu’on voit déjà paraître les galettes des rois ornant, presque penaudes, les étals pâtissiers. Il faut en ces périodes faire feu de tout bois : la bûche de Noël n’a qu’à bien se tenir !

Pourtant, chacun conviendra qu’un marché de Noël, avec son ambiance feutrée, est une invitation à préparer la Fête. Mais la Fête en question est celle de Noël, et le plus grand cadeau nous est alors offert : la venue du Christ, Sauveur du monde. Il convient, en ce temps de l’Avent, de s’y préparer dans la joie. L’Église nous le rappelle lors du dimanche de Gaudete quand, reprenant les paroles de l’apôtre Paul, elle s’écrie : «Soyez toujours dans la joie du Seigneur ; je le redis : soyez dans la joie.» (Ph 4, 4)

Jérémie Goulardet

 


1O admirabile commercium (Ô, merveilleux échange) est un motet à cinq voix pour l’octave de la Nativité. Il tire son texte de la première antienne des secondes vêpres de la fête de la Circoncision.

 

>> Revenir à l’accueil