Facebook Twitter Linkedin Whatsapp

Bouton de la rubrique Focus

Le diagnostic du pape sur les maux de la société japonaise

Le Japon

Lors de son récent voyage au Japon, le pape a observé que, dans la société japonaise, « malgré l’efficacité et l’ordre […] l’on cherche et désire, manifestement, quelque chose de plus : une profonde aspiration à créer une société toujours plus humaine, compatissante et miséricordieuse». Dans les différentes étapes de sa visite, il a été confronté aux maux de cette société bien souvent enfermée «dans le cercle vicieux de l’anxiété et de la compétition» ou focalisée «sur la recherche, étouffante et frénétique, de la productivité et sur le consumérisme». Il a mis en garde les jeunes contre ceux qui «sont  matériellement riches, mais vivent esclaves d’une solitude sans pareille». «Une communauté ou une société entière peuvent être très développées extérieurement, mais avoir une vie intérieure pauvre et rabougrie, ainsi qu’une âme et une vitalité éteintes», a-t-il déclaré.
Source : La Croix

Le pape salue le groupe d’études de l’Assemblée nationale française

Le 27 novembre, le pape François a salué le Groupe d’études sur les relations avec le Saint-Siège de l’Assemblée Nationale française présent à l’audience générale. Composé de 72 membres, ce comité effectue régulièrement des voyages à Rome.
Source : Zenit

Un mandat d’arrêt international contre Mgr Zanchetta

Ancien évêque du diocèse d’Oran en Argentine et sous-secrétaire général de la conférence des évêques argentins quand le cardinal Bergoglio en était président, nommé évêque en 2013, Mgr Gustavo Zanchetta fait l’objet d’un mandat d’arrêt international lancé par le procureur d’Oran.
Mgr Zanchetta est inculpé sur la plainte en 2015 de deux séminaristes pour «abus sexuels continus aggravés». L’un de ses secrétaires a alerté les autorités après avoir accidentellement trouvé des images sexuellement explicites envoyées et reçues sur son téléphone portable. Il est également accusé de malversation financières. En 2017, il a démissionné pour «raison de santé». Le pape a créé pour lui un poste d’assesseur à l’Administration du Patrimoine du Siège Apostolique (banque centrale du Saint-Siège et gestionnaire souverain du patrimoine). Il résidait à la Domus Santa Marta. Actuellement suspendu de ses fonctions d’assesseur, il a annoncé par l’intermédiaire de son avocat qu’il retournerait dans son pays pour faire face aux accusations d’inconduite sexuelle et financière. Il s’est engagé à coopérer pleinement avec les autorités.
Source : National Catholic Register, CNA

Les juges français facilitent la GPA

Femme enceinte

Au cours du mois de novembre 2019, quatre décisions de la Cour d’appel de Rennes concernant des couples hétérosexuels ou homosexuels ont validé la retranscription à l’état civil d’enfants nés aux États-Unis par GPA, sans plus imposer à la mère d’intention de passer par l’adoption. Elles entérinent du même coup, de manière systématique, qu’une femme n’a plus besoin d’accoucher pour devenir mère. Les juges ne contraignent plus le parent d’intention à passer par une adoption pour établir la filiation à l’égard de l’enfant, ce qui, auparavant, était quasi systématique. «Ces jugements marquent une rupture majeure», a déclaré Marie-Christine Le Boursicot, magistrat et conseiller auprès de la Cour de cassation, qui y voit la confirmation que cela fera désormais jurisprudence pour valider systématiquement la retranscription des enfants nés par mère porteuse à l’étranger : «La réalité de l’accouchement ne compte plus […]. Tout cela met le législateur au pied du mur : nous sommes désormais contraints de revoir en profondeur notre droit de la filiation.»
Source : La Croix

Au Mexique : la Journée du laïc

Le 24 novembre dernier, à l’issue d’une messe célébrée par le nonce apostolique et l’archevêque de León Mgr Alfonso Cortés, plus de 10 000 laïcs mexicains ont renouvelé leur consécration au Christ Roi à Silao, une ville mexicaine située dans l’État de Guanajuato, au centre du pays. L’assemblée plénière des évêques du Mexique avait institué en la solennité du Christ Roi de l’Univers la Journée du laïc, ce qui a été accepté en juillet dernier par la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements. La conférence épiscopale a déclaré : «Cette consécration intervient en tenant compte de la réalité dans laquelle vit le peuple mexicain où une terrible culture de mort fait peser une forte menace sur la vie, la famille, les libertés fondamentales avec la mort de nombreux innocents tués par la criminalité organisée et par un taux d’avortement toujours plus élevé dans notre pays.»
Source : Agence Fides

Hongkong : victoire des pro-démocrates

Le 24 novembre, la victoire du camp pro-démocratie aux élections locales a dépassé toutes les prévisions : avec un taux de participation exceptionnel de 71 % (47 % en 2015), les candidats pro-démocratie ont emporté la majorité dans 17 des 18 conseils de district. Un camouflet pour Carrie Lam, la dirigeante de l’exécutif, et pour les autorités chinoises qui l’ont imposée pour contrôler à distance la Région administrative spéciale (RAS) de Hongkong. L’ampleur du succès des adversaires du pouvoir en place a transformé ces élections en référendum contre le pouvoir continental et en plébiscite pour une police indépendante, la liberté des candidatures et le suffrage universel pour tous les postes électifs. Les Hongkongais ont exprimé leur refus de devenir des citoyens soumis à la dictature du Parti communiste chinois, en violation de l’accord de rétrocession de l’ex-colonie britannique à la Chine (1984), qui engageait les autorités communistes à respecter le principe d’«un pays, deux systèmes» dans la nouvelle RAS pour cinquante ans à compter de 1997, année de la rétrocession.
Source : Le Point

Le Parlement grec rejette la séparation de l’Église et de l’État

Le Parlement grec

Le 25 novembre, le Parlement grec a rejeté les amendements à la Constitution prévoyant la séparation de l’Église et de l’État. Actuellement en effet, en Grèce, l’Église n’est pas séparée de l’État, et le Président, le Premier-ministre et les membres du Gouvernement prêtent serment sur l’Évangile devant l’archevêque d’Athènes, au nom «de la Sainte, Consubstantielle et indivisible Trinité». Le gouvernement d’Alexis Tsipras avait proposé d’introduire la «neutralité religieuse» de l’État, tout en conservant «pour des raisons historiques et pratiques la reconnaissance de l’Église orthodoxe comme religion dominante».
Source : Orthodoxie

Iran : répression sanglante des manifestations

Tirs à balles réelles, manifestants violemment interpellés et passés à tabac, forces de l’ordre massivement présentes dans toutes les villes du pays, le tout sur fond d’Internet coupé : du 15 au 22 novembre, le régime iranien a frappé sans discontinuer les dizaines de milliers de manifestants qui ont pris tous les risques pour dire non au pouvoir et à son Guide suprême. Dans un contexte d’inflation galopante (plus de 40 % par an) et d’appauvrissement généralisé, c’est la hausse du prix de l’essence qui a mis le feu aux poudres : 50 % de hausse pour les 60 premiers litres mensuels, 300 % au-delà. Amnesty International a parlé de «près de 200 morts». Il faut relier ces événements à ceux d’Irak et du Liban, où des manifestations importantes ont également eut lieu : c’est tout l’axe chiite est-ouest du Moyen-Orient qui est en ébullition, et Donald Trump peut penser que sa stratégie de «pression maximale» commence à porter ses fruits.
Source : Boulevard Voltaire

Faut-il réhabiliter Jacques Fesch ?

Le 27 novembre, la Cour de cassation examinait une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) déposée par Gérard Fesch pour obtenir la réhabilitation de son père, Jacques Fesch, condamné à mort et guillotiné en 1957, à 27 ans, pour un braquage minable à Paris qui se termina par la mort d’un policier. Il fit en prison un chemin spirituel* incitant l’Église à demander sa béatification. Aujourd’hui, la loi ne permet pas de réhabiliter un condamné à mort qui a été exécuté. D’où cette QPC, afin que le Conseil constitutionnel invite le législateur à modifier la loi pour faire en sorte que la justice puisse déclarer recevable une demande de réhabilitation pour un condamné à mort. «Pour la béatification, c’est à l’Église de se prononcer. Pour le reste, je n’ignore rien de la gravité de ce qu’a fait mon père. Pour ce crime, on lui a coupé la tête. Et je voudrais qu’on lui reconnaisse ce chemin intérieur par lequel il a voulu devenir un homme meilleur», explique Gérard Fesch.
*Voir son livre : Dans 5 heures je verrai Jésus ! Journal de prison, Le Sarment Fayard, 1998.
Source : Le Figaro

Photos : Joi Ito ; Thomas Wolf / Wikimedia Commons

>> Revenir à l’accueil