Facebook Twitter Linkedin Whatsapp

Bouton de la Rubrique Grand Angle

Peut-on dénoncer la vente de restes de fœtus avortés ?

En 2015, aux États-Unis, deux journalistes travaillant pour l’organisation pro-vie Center for Medical Progress (CMP), David Daleiden et Sandra Merritt, ont voulu mettre au jour les pratiques post-avortement du Planning familial (Planned Parenthood = PP), dont certaines sont illégales. Se faisant passer pour des représentants d’une entreprise de tissus humains fictive, BioMax, ils ont effectué des enregistrements secrets de réunions de PP1, au cours desquelles ses responsables décrivent la façon dont ils prélèvent les parties du corps de fœtus avortés et les vendent ensuite à divers clients, pratique prohibée par la loi fédérale. À partir de 2015, les vidéos choquantes ont été publiées par le CMP, montrant des dirigeants de PP discutant, souvent sans ménagement, de leurs méthodes pour obtenir et vendre des parties du corps de fœtus.

Bébé à naître

Dans l’une des vidéo, le PDG de Stem Express, une entreprise de prélèvement de tissus2, décrit la façon dont il faut prélever des tissus cérébraux «extrêmement fragiles» : il est préférable d’envoyer la tête entière du fœtus aux chercheurs. «Il suffit de s’assurer que les yeux sont fermés ?», demande Daleiden. «Oui» répond le PDG en riant. Dans une autre vidéo, le Dr Mary Gatter, présidente du Conseil des directeurs médicaux à but lucratif de la PP Federation of America, marchande le prix des parties du corps des bébés.

PP a intenté un procès aux deux journalistes «pour atteinte à la vie privée», retenant contre eux 15 chefs d’accusation, principalement celui d’intrusions répétées dans ses services et celui de lui avoir causé un préjudice substantiel en diffusant ces vidéos.

Le PDG de l’entreprise Stem Express a admis devant le tribunal la que sa société offrait des cœurs et des têtes de fœtus et que, dans certains cas, les têtes étaient attachées au corps du bébé, ce qui soulève la question de savoir comment Stem Express obtient des corps intacts de bébés et si les bébés étaient vivants au moment de l’opération. Quant à PP, elle a reconnu que les vidéos mises en ligne sont fidèles aux échanges, que certains praticiens de PP tournent les fœtus dans le sein maternel afin qu’ils soient dans la meilleure position pour en collecter les organes, que certains pratiquent des naissances partielles pour collecter des fœtus intacts, dont les organes «valent de l’or» (on évite ainsi la «pollution» des organes par les produits chimiques destinés à tuer le fœtus avant son dépècement).

La loi américaine interdit de vendre des restes de fœtus et de modifier la procédure d’avortement afin d’obtenir des «spécimens» de meilleure qualité. Mais la Cour fédérale de San Francisco a tranché en faveur de PP et ordonné au CMP de lui verser 870 000 $ en dommages-intérêts pour «améliorer la sécurité d’accès de ses centres». Le procureur général a également demandé une ordonnance pour empêcher les médias de rendre compte de l’affaire, mais le juge qui a supervisé l’audience préliminaire a rejeté cette demande.

Ce jugement est contesté par le CMP : «La justice n’a pas été rendue aujourd’hui à San Francisco. Alors que les meilleurs témoins du Planning familial ont passé six semaines à témoigner sous serment que les vidéos d’infiltration sont vraies et que le Planning familial a vendu des tissus fœtaux en contrepartie, un juge partial ayant des liens étroits avec le Planning familial a passé six semaines à influencer le jury avec des décisions prédéterminées et à supprimer la preuve vidéo, le tout afin de donner son aval au procès contre le Premier amendement3. […] Il s’agit d’un dangereux précédent pour le journalisme citoyen et les droits civils du Premier Amendement à travers le pays, envoyant le message que dire la vérité et les faits pour critiquer les puissants n’est plus protégé par nos institutions» a ajouté le CMP.

Comme on s’en doute, le CMP va faire appel.

Rédaction SRP

Sources : Catholic News Agency, Human Life International


1 – Le Planning familial américain.

2 – Sur son site, StemExpress se présente comme «le principal fournisseur de bio-spécimens de moelle osseuse humaine, de sang de cordon, de sang périphérique, de Leukopaks®, de Leukopaks Mobilisé®, de sang maternel, de produits d’état pathologique et de cellules primaires.» Il garantit que chaque échantillon arrive «avec la plus grande pureté, viabilité et qualité dont les chercheurs ont besoin pour assurer la confiance dans leurs résultats.» (Voir www.stemexpress.com).

3 – Premier Amendement à la Constitution des États-Unis (1791) : «Le Congrès ne pourra faire aucune loi ayant pour objet l’établissement d’une religion ou interdisant son libre exercice, de limiter la liberté de parole ou de presse, ou le droit des citoyens de s’assembler pacifiquement et d’adresser des pétitions au Gouvernement pour qu’il mette fin aux abus».

 

>> Revenir à l’accueil