Affiche des orientations synodales
Facebook Twitter Linkedin Whatsapp

Après 16 mois de travail, qui auront mobilisé dans le diocèse 3 200 personnes réparties en 500 équipes, le synode diocésain de la Sarthe, lancé en janvier 2018, a trouvé son aboutissement le lundi de Pentecôte et Mgr Yves Le Saux a présenté ce même jour les orientations synodales. Autant de réponses à la question : «Quelle forme de vie paroissiale voulons-nous aujourd’hui ?» Compte-rendu de Jérôme de Lartigue.

Ce lundi de Pentecôte 10 juin 2019, Mgr Yves Le Saux, évêque du Mans, invitait ses diocésains à se réunir à la maison Saint-Julien pour promulguer les orientations synodales1, fruits, confiés dans la prière, d’une démarche débutée le 29 janvier 2018. Chacun de nous est concerné : nul baptisé ne peut se sentir étranger aux paroles de son évêque. Il s’agit de les entendre, de les assimiler, pour en vivre, pour que nos frères en vivent. Si les échanges entre participants, si les réactions des uns ou des autres ont leur intérêt – comme le relève dans son édition du 11 juin le quotidien La Croix2 –, sachons ne pas nous en contenter. Faisons nôtres les paroles de notre évêque, mettons-nous à l’œuvre sur les chantiers qu’il ouvre pour notre Église diocésaine. Ainsi, Mgr Le Saux nous rappelle-t-il les piliers nécessaires, les axes indispensables à considérer pour fonder notre vie chrétienne :
  • 1- Une conscience plus vive de notre vocation baptismale ;
  • 2- La place fondamentale de la Parole de Dieu ;
  • 3- La centralité des plus pauvres et des plus fragiles ;
  • 4- La fraternité.
Tout est affaire de relation ! Le fait est que la relation est forgée, fortifiée, protégée, choyée par les dons que Dieu nous fait : les sacrements, ceux dont l’Église est dépositaire pour les hommes. «Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis, afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera.» (Jn 15, 16). Dieu m’appelle, je deviens disciple, Il fait de moi un missionnaire. Voilà la route sur laquelle nous accompagnent les sacrements, c’est là que nous conduit notre vocation baptismale. Ni plus, ni moins ! Un vrai programme ! Ce don des sacrements qui accompagnent notre vie se doit d’être soutenu, entretenu, tonifié à la lumière des phares présents sur notre route. Quelle source plus sûre, quelle voie plus vivifiante que la Parole de Dieu ? «Le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous.» (Jn 1, 14). La Parole de Dieu, c’est Jésus lui-même. Nous y voilà ! La relation qui se tisse avec mon frère, je la fonde sur cette double source, ce double don de Jésus Christ fait homme, Parole de Dieu, et des sacrements qu’il nous a laissés. En me penchant sur ces deux sources, je peux, je sais, me mettre en chemin pour rejoindre les plus pauvres et les plus fragiles dans une fraternité vécue. Parce que je vais puiser à la source, j’ai de la ressource pour ne pas mourir de soif, j’ai quelque chance d’aider mon frère qui veut boire à s’abreuver. Tout baptisé peut dès lors voir se réaliser en lui la parole du psalmiste affirmant qu’«il est comme un arbre planté près d’un ruisseau, qui donne du fruit en son temps, et jamais son feuillage ne meurt ; tout ce qu’il entreprend réussira.» (Ps 1, 3) Partant de ces quatre points cardinaux, notre évêque nous invite à poursuivre cette démarche synodale commencée il y a dix-huit mois en mettant en œuvre, en faisant nôtres les orientations pastorales qu’il annonce, la mission qu’il nous confie, notre vocation baptismale qu’il décline pour cette église locale :
  • 1- Mise en place de petites fraternités locales.
  • 2- L’Eucharistie fait notre unité.
  • 3- Une culture de l’accompagnement.
  • 4- Les «tisserands».
  • 5- Accueillir, développer et évangéliser la foi populaire.
  • 6- Service de la charité et de la sauvegarde de la Création pour jeunes volontaires.
  • 7- Le «poste avancé» de l’enseignement catholique.
La vie de notre société passe par la présence de disciples du Christ éclairant toutes les communautés de ce monde, les émaillant de cette fraternité à laquelle nous invite le Christ : «À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres.» (Jn 13, 35) C’est dans cette réalité que la paroisse prend toute sa force, étant tout à la fois un peuple et le lieu sur lequel il vit, une communauté de communautés dont le curé est ministre ordonné de la communion, communion se manifestant effectivement au cours de la célébration eucharistique, centre et sommet de la vie chrétienne. Ces fraternités locales que notre évêque souhaite voir se développer sont appelées à rayonner en cercles concentriques pour accompagner ceux qui frappent à la porte de l’Église, pour les y accueillir, pour les accompagner dans la durée et la gratuité favorisant ainsi une amitié spirituelle. Cette amitié spirituelle entre ceux qui sont déjà entrés dans ces fraternités, et ceux qui en sont encore à la périphérie, créant comme un pont entre deux rives, pourra se vivre également en leurs seins. C’est pourquoi l’une des orientations prévoit la nomination d’un couple dit «tisserands» sur lequel le curé, pasteur propre de la communauté, pourra s’appuyer dans une complémentarité des vocations au service de la mission paroissiale. La foi populaire parfois décriée est aujourd’hui défendue par Mgr Le Saux qui reconnaît en elle une expression de la religiosité présente en chacun. Il désire placer au cœur du département une église, lieu d’accueil permanent de cette foi populaire. En réponse à l’encyclique Laudato si du pape François, il est proposé aux jeunes du diocèse du Mans un service de la charité et de la sauvegarde de la Création. Ce sera une occasion pour eux de vivre leur vocation baptismale en se donnant à Dieu et aux autres au travers de la défense de la maison commune. Le dernier volet des orientations présentées touche à l’éducation de la jeunesse en son poste avancé de l’enseignement catholique. Mgr Le Saux nous rappelle la réalité importante qu’il représente dans le diocèse. Il invite au nécessaire courage de présenter aux familles et aux élèves tant une communauté éducative qu’une communauté chrétienne fière d’annoncer sa foi, vivant en lien avec la paroisse. Ainsi donc, Mgr Le Saux nous invite non seulement à faire œuvre de miséricorde corporelle, mais encore à faire œuvre de miséricorde spirituelle. Si cette deuxième attente est souvent moins visible, moins lisible, moins connue, moins reconnue, elle est pourtant tout aussi fondamentale que la première. L’Église, dans sa sagesse millénaire, compose pour aujourd’hui l’unique recette du Christ. Sachons goûter ce plat tant de fois savouré, plat connu que l’on redécouvre à chaque occasion. Les ingrédients sont toujours les mêmes, les saveurs ont pourtant toujours quelque chose de nouveau. C’est toujours le même Évangile, mais il demeure toujours une Bonne Nouvelle !

Jérôme de Lartigue

 
1Orientations synodales pour nos communautés paroissiales promulguées par Mgr Yves Le Saux, évêque du Mans, le lundi 10 juin 2019.
2 – L’avenir du diocèse du Mans passera par les laïcs, La Croix, 11 juin 2019.
 

Télécharger le texte de cet article

>> Revenir à l’accueil