Livre de Pierre de Villiers
Facebook Twitter Linkedin Whatsapp

«Je ne suis ni philosophe, ni sociologue, ni capitaine d’industrie. Je suis un praticien de l’autorité qui s’est toujours efforcé de placer les relations humaines au cœur de son engagement au service de la France et de ses armées» affirme le général Pierre de Villiers, ancien chef d’état-major des armées, dans son livre Qu’est-ce qu’un chef ? Une entrée en matière qui pourrait résumer le livre.

Deux notions essentielles dans cet essai : la patience et l’action. La première offre à l’homme le temps de la réflexion ; la seconde le met en mouvement. Le temps long d’un côté, le moment présent de l’autre. À partir de son expérience militaire et de son art de la guerre, Pierre de Villiers les évoque en termes de «stratégie» et de «tactique» : «La stratégie est nécessaire pour donner une vision, un cap, et gagner la guerre. La tactique est indispensable pour emporter la victoire dans le court terme et gagner la bataille. La première agit dans le temps long et éclaire la route. La deuxième règle les crises au quotidien sur le chemin1

Ce binôme doit être le moteur de l’action des personnes qui suivent le chef : «Le vrai chef dirige sans pratiquement commander. Il donne aux personnes concernées une vision d’ensemble claire et compréhensible, leur expose l’objectif global, l’œuvre commune à entreprendre. Il leur fait partager les raisons de son choix et leur montre les problèmes à résoudre. Puis, il laisse définir par les intéressés la façon de s’y prendre, chacun à son niveau, conjointement avec ses collègues, dans le respect des objectifs et des valeurs de l’organisation. Chacun s’investit totalement et est fier de contribuer à l’œuvre commune par ses idées, ses connaissances et sa compétence2

La règle des «quatre “c”» est un condensé de sa pensée : «concevoir, convaincre, conduire, contrôler.» Quatre verbes qui se déclinent ainsi : le premier «donne la vision» ; le deuxième permet aux «équipes de suivre le chemin» ; le troisième consiste à «conduire le projet et diriger la manœuvre» ; le quatrième «vérifie si les objectifs sont atteints et corrige si nécessaire les insuffisances3».

Le général de Villiers prend occasion de sa problématique de fond pour aborder de nombreux sujets, de l’école à la politique (voir son analyse de la bureaucratie page 210 ou du «juridisme» page 211), en passant par les problèmes de l’État et du service du Bien commun, avec le renfort de nombreux personnages historiques comme le maréchal Lyautey. Ce dernier semble avoir été déterminant dans la pensée militaire de de Villiers et dans sa vision du commandement, tant dans l’armée qu’au sein de la société civile. «La joie de l’âme réside dans l’action», disait Lyautey, citation qui clôt le livre. Ce qu’un chef traduit par «En avant !»

Très agréable à lire, l’ouvrage n’est ni d’un sociologue, ni d’un philosophe… sans aucun doute ! Mais, quand un général ancien chef d’état-major des armées prend la plume, il est bon de le lire.

Général Pierre de Villiers, Qu’est-ce qu’un chef ?, Fayard, 2018, 253 pages, 20,90 €.

Pierre Hardon

 


1 – Général Pierre de Villiers, Qu’est-ce qu’un chef ? Fayard, 2018, p. 26.

2Ibid. p. 81.

3 – Pour tous ces aspects, voir ibid., p. 227-228.

 

>> Revenir à l’accueil