Facebook Twitter Linkedin Whatsapp

Sortir de la déshérence

«J’ai reçu le principe, il me faut passer aux conséquences1

Une certaine écoute de l’intervention de Mgr Georges Pontier ce mardi 2 avril, lors de l’ouverture de l’assemblée plénière de la Conférence des évêques de France, pourrait nous conduire à quelque méprise. On ne saurait en effet y voir une sorte de discours de politique générale, comme aiment à nous en servir nos responsables publics dès lors qu’ils accèdent à une haute fonction, qu’elle soit locale, territoriale ou nationale…


«Aucune décision ne pourra apaiser le climat si on ne sent pas qu’elle est prise au nom de la recherche du bien commun.»


Ne nous y trompons pas ! Il s’agit en fait d’un passage de témoin, de ce témoignage que l’Église rend au Christ depuis 2 000 ans. Aussi, au moment de remettre sa charge de président de la Conférence des évêques de France, Mgr Pontier livre à ses frères dans l’épiscopat comme une feuille de route à transmettre au successeur que l’assemblée désignera.

Si les sujets brûlants sont bien évoqués, Mgr Pontier tend à nous replacer pour chacun d’entre eux dans une perspective qui dépasse la seule passion du moment, laissant filtrer quelque rai de lumière, de cette lumière éclatante qui resplendira bientôt dans la joie pascale nous conduisant vers «le Christ faisant don de sa vie pour le salut du monde, traversant les portes de la mort pour les ouvrir sur la vie éternelle2

Que les sujets abordés touchent à l’Église, à la réalité sociale, sociétale ou politique française comme aux enjeux européens, Mgr Pontier rappelle en chaque occasion qu’«aucune décision ne pourra apaiser le climat si on ne sent pas qu’elle est prise au nom de la recherche du bien commun3

Partant de l’Église, il y revient, nous montrant ainsi que le monde est tout entier compris par elle.

Alors… comment sortir de cette possible déshérence ? Par cette conversion à laquelle nous sommes plus particulièrement invités en ce temps de Carême, par cette conversion personnelle que nous rappelle à chaque ponctuation l’intervention de Mgr Pontier. Il revient à chacun de nous d’être témoin à notre place de cette formidable nouvelle de la venue du Christ parmi nous, car «c’est de lui que nous vivons ! C’est lui notre espérance4

Si cette conversion m’est donnée, il tient à moi de la rendre vive. Car, si j’ai reçu le principe, il me faut passer aux conséquences.

Jérôme de Lartigue

 


1 – Jacques Fesch, Lumière sur l’échafaud, Éditions Téqui, 2014.

2 – Mgr Georges Pontier, Discours lors de la séance d’ouverture de l’assemblée plénière de la Conférence des évêques de France, 2 avril 2019.

3Ibid.

4Ibid.

 

>> Revenir à l’accueil