Facebook Twitter Linkedin Whatsapp

Pouvoir d’achat ? Climat ? Où est le bon combat ?

Le Français a la réputation d’être à l’avant-garde du combat. Rassemblements, manifestations, grèves, blocages lui sont autant d’occasions d’exprimer ses soucis, ses revendications, son combat. Et l’on se prend à compter et à comparer le nombre de personnes lorsque deux défilés sont organisés de façon simultanée dans la capitale. Gilets jaunes, gilets verts, gilets bleus, foulards rouges, bonnets roses,… C’est un arc-en-ciel qui se lève dans un ciel d’orage !

Mais quel est donc ce tonnerre qui gronde ? Est-ce celui du réchauffement climatique ? De la justice sociale qui laisse de côté tant d’oubliés ? De l’immigration qui jette sur les routes des milliers de désespérés ? Chacun y va de son analyse et de ses propositions de solutions, soulevant les passions, mobilisant les médias et les réseaux sociaux, présentant son analyse, sa solution, son cri pour être entendu et éviter que trop vite le soufflé ne retombe, déjà écrasé par un nouveau combat.


Si l’on prenait le temps de comprendre et d’apprendre la nature de l’homme et la finalité naturelle de son existence ?


Et si l’on revenait à l’Homme, un être doué de raison, placé au sommet de la création pour la gouverner et la perfectionner ? Et si l’on redécouvrait que cette raison, qui est appétit de vérité, éclaire sa volonté, qui est appétit du bien, pour l’emmener sur un chemin de liberté et de responsabilité de ses actes ? Et si l’on comprenait que nos émotions ne sont ni nos ennemies ni nos idoles, mais le signe d’une énergie formidable pour atteindre un véritable bien connu et librement choisi ? Si, enfin, l’on prenait le temps de comprendre et d’apprendre la nature de l’homme, la finalité naturelle de son existence, la grande aventure qu’il est appelé à vivre pour trouver ce qui le perfectionne, ce qui le rend humain dans la singularité de son existence ?

Et si… Nous aurions alors une vue de la hiérarchie de nos combats et, plus encore, de la façon humaine de les mener sans se contenter de mesures techniques, mais en inscrivant ces dernières dans des finalités qui élèvent chaque personne et le monde tout entier.

Cet homme-là mérite le premier de tous les combats pour ensuite gérer les ressources de la planète, être instrument de justice, secourir le plus faible. Car cet homme-là, dans son combat, donne alors le meilleur de l’humanité.

Bienvenue à l’IKW !

Jérôme Fouquet

>> Revenir à l’accueil