Livre de Stephen Smith
Facebook Twitter Linkedin

Dans les années 1970, Jean Raspail publiait un livre, Le camp des saints, racontant l’arrivée en bateaux de migrants indiens débarquant sur les côtes méditerranéennes et la chute de la France à cause de cette arrivée massive, tant au niveau politique qu’intellectuel.

Dans son livre, Stephen Smith fait une analyse de géographie humaine qui donne corps au roman de Raspail, remplaçant l’Inde par l’Afrique subsaharienne. Le constat est simple : l’Afrique dispose d’une croissance démographique exponentielle (le Nigeria aura dans les années à venir une population supérieure à l’Union européenne). En parallèle, il n’existe pas de croissance des terres cultivables capables de nourrir cet afflux de population (60 % des terres arables en Afrique ne sont pas mises en exploitation). Les “jeunes” constituent une grande partie de la population (si bien que l’auteur intitule un de ses chapitres “L’île-continent de Peter Pan”, montrant que l’Afrique est un continent qui reste jeune et qui ne grandit jamais) et sont pour une partie connectés au monde extérieur par les téléphones portables : jeunes et en contact avec la culture occidentale…

L’auteur met en valeur le paradoxe particulier du “co-développement” : l’Europe et les pays occidentaux aident l’Afrique, notamment pour que la création d’infrastructures permettent aux Africains de se développer seuls et “retiennent” leur population. Or, cette aide bénéficie surtout à ceux qui souhaitent partir vers l’El-dorado européen.

“Voici un deuxième paradoxe : les pays du Nord subventionnent les pays du Sud, moyennant l’aide au développement, afin que les démunis puissent mieux vivre et – ce n’est pas toujours dit aussi franchement – rester chez eux. Or, ce faisant, les pays riches se tirent une balle dans le pied. En effet, du moins dans un premier temps, ils versent une prime à la migration en aidant les pays pauvres à atteindre le seuil de prospérité à partir duquel leurs habitants disposent des moyens pour partir et s’installer ailleurs. C’est l’aporie du co-développement qui vise à retenir les pauvres chez eux alors qu’il finance leur déracinement” analyse l’auteur.

Dans les projections de 2050, si la terre est peuplée de 10 milliards de personnes, 2,5 d’entre elles seront africaines… Stephen Smith analyse les données démographiques pour révéler que l’Afrique est un continent en pleine expansion et que les migrations africaines vont s’accroître avec le temps. Les événements que nous vivons actuellement en Méditerranée ne sont qu’une goutte d’eau dans l’océan… avec tous les problèmes communautaires que ces migrations risquent d’entraîner.

Stephen Smith, La ruée vers l’Europe. La jeune Afrique en route pour le Vieux Continent , Grasset, 19,50 euros, 267 pages.

Pierre Hardon

 

>> Revenir à l’accueil