Michel Aupetit, nouvel archevêque de Paris

…Monseigneur Michel Aupetit, évêque de Nanterre. D’abord médecin généraliste, ayant exercé 11 ans à Colombes, il devient prêtre à 44 ans pour devenir, 22 ans plus tard, archevêque de Paris, l’un des postes les plus exposés et les plus importants dans la hiérarchie de l’Église catholique en France, avec le primat des Gaules (Mgr Barbarin) et le Président de la Conférence des évêques de France (Mgr Pontier).

Le nouvel archevêque de la capitale a été pendant 7 ans (de 2006 à 2013) vicaire général de Mgr André Vingt-Trois, son prédécesseur à la cathèdre. Il a été nommé également au printemps dernier Président du Conseil Famille et société de la Conférence des évêques de France (voir notre article du 6 avril 2017).

Ancien praticien, Monseigneur Aupetit est spécialiste des questions de bioéthique, fin connaisseur des questions les plus délicates posées par la recherche scientifique. Il fait également partie des évêques n’hésitant pas à se positionner clairement contre l’avortement en soutenant officiellement les marches pour la vie.

Son entourage, autant à l’archevêché de Paris quand il était vicaire général puis évêque auxiliaire que dans son diocèse actuel, affirme que c’est un homme «bienveillant et créatif». Une diocésaine de Nanterre nous rapporte que «Monseigneur Aupetit est un évêque très proche des membres de son diocèse», un diocèse aujourd’hui partagé entre la tristesse et la joie. «En entendant la nouvelle, certains étudiants de l’aumônerie étaient à la fois heureux de la nouvelle et perplexes qu’il ne vienne peut être pas à l’inauguration de l’aumônerie le 27 janvier avec la dédicace de l’autel», précise-t-elle.

Le journal Libération voit dans cette nomination «un vrai cadeau à la frange la plus radicale du catholicisme français». Si l’on définit mal les contours de cette «frange radicale catholique», la nomination de Monseigneur Aupetit va sans doute corser le débat… «Il y a une anesthésie de la conscience dans notre pays. Mais cela ressortira d’une manière ou d’une autre. Les personnes nées des premières PMA ont actuellement la trentaine, et se posent des questions sur leur filiation, comme Arthur Kermalvezen, dans son livre Né de spermatozoïde inconnu (Presses de la Renaissance). Toutes ces mesures, comme le « mariage pour tous » et la PMA, passent aujourd’hui comme une lettre à la poste, mais auront plus tard des conséquences catastrophiques», affirmait Mgr Aupetit dans Famille Chrétienne en juin dernier.

Voilà enfin une bonne nouvelle pour les chrétiens de France, pour les prêtres et les chrétiens du diocèse de Paris. La tâche sera rude, mais l’amitié est déjà présente. Nous saluons cette nomination en remerciant le Seigneur. Nos prières et notre dévouement lui sont acquis.

Pierre Hardon

Photo : Peter Potrowl / Wikimedia Commons

 

Télécharger le texte de cet article

>> Revenir à l’accueil