La lune et les loups solitaires

L’État islamique a perdu la moitié de son territoire en Irak et 20 % en Syrie. Mais l’organisation terroriste a prouvé sa capacité à s’adapter en permanence, changeant régulièrement de méthodes pour répondre aux pressions externes. A mesure que son territoire se réduit et que ses chefs sont décimés par les frappes de la coalition internationale, l’État Islamique va de plus en plus s’appuyer sur ses «planificateurs virtuels» – membres qui opèrent sur la face cachée d’internet, le “darknet” – pour inspirer et coordonner des attentats.

L’Amn al-Kharji, la branche des «opex» de Daech

Au vu des nombreux attentats qui ont frappé l’Europe, il est devenu de plus en plus clair que la stratégie de Daech pour ses opérations extérieures sur le sol européen ne doit rien au hasard – ses méthodes sont organisées de manière réfléchie et soignée sous la direction d’une de ses branches, l’Amn al-Kharji. Selon un transfuge de Daech, Abu Mohammed al-Adnani – le porte-parole de Daech récemment abattu – était le chef officiel de l’Amn al-Kharji. Un français, connu sous le nom de guerre Abu Souleyman al-Firansi, est le directeur des opérations extérieures et dirige un groupe clé de commandos en charge des opérations à travers l’Europe et l’Asie du sud-est. Chaque commando s’est vu attribuer la responsabilité d’une zone correspondant aux capacités linguistiques et aux nationalités de ses membres. Ils sont responsables d’avoir dirigé les opérations les plus sanglantes de Daech, dont les attentats du 13 novembre 2015 à Paris.

Les planificateurs virtuels sont les formateurs des «loups solitaire»

Une partie moins connue de l’Amn al-Kharji contient des «planificateurs virtuels», qui sont responsables d’inspirer et de diriger à distance la plupart des attentats qui ont par erreur été qualifiés d’attaques de «loups solitaires». Beaucoup d’observateurs ont supposé que les opérations menées par un ou deux assaillants avaient été simplement inspirées par l’appel de Daech à frapper un peu partout dans le monde, appel lancé en premier par al-Adnadi en septembre 2014. Cette hypothèse est hautement problématique car elle sous-estime la très large stratégie extérieure de Daech et ignore la structure sophistiquée utilisée pour ses opérations.

Les planificateurs virtuels de Daech – qui sont habituellement basés en Syrie et en Irak – inspirent et conseillent une foule de soutiens à l’étranger qui a exprimé son intérêt pour l’organisation d’attentats, mais qui peut manquer de connaissances techniques et opérationnelles pour les mener à bien. Mobiliser ses sympathisants qui vivent en occident présente bien des avantages pour Daech qui peut former ses soutiens grâce aux applications cryptées comme Telegram et WhatsApp, tout en évitant les risques liés à l’entraînement et à l’expédition d’opérateurs depuis la Syrie. Un des opérateurs de Daech a même affirmé que l’organisation avait commencé à dissuader les combattants étrangers de venir les rejoindre au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, leur conseillant de «rester dans leur pays et d’attendre plutôt pour faire quelque chose sur place.»

Plus besoin de se former en Syrie, mieux vaut agir sur place

Ce conseil a été repris par un des planificateurs virtuels les plus dangereux, Rachid Kassim, un djihadiste français de 29 ans, qui inspire et dirige les sympathisants de Daech en Europe. Dans sa vidéo de propagande, Kassim s’adresse à eux en disant : «Déchirez vos billets pour la Turquie» – escale habituelle des recrues de Daech en route vers la Syrie ou l’Irak – «le paradis est à vos pieds». Ce français d’origine algérienne, ancien travailleur social à Roanne et passionné de musique rap, rejoint les rangs de Daech à l’été 2015. Il apparaît publiquement pour la première fois en Irak dans une vidéo de propagande en juillet 2016. On le voit en vêtement militaire, coiffé d’un foulard noir et muni d’un couteau, au-dessus d’un prisonnier menotté, louant l’attentat du 14 juillet à Nice et promettant d’incessantes opérations contre la France. A la fin de la vidéo, Kassim décapite le prisonnier qu’il considère comme un apostat.

L’attentat de St-Étienne-du-Rouvray était téléguidé

Rachid Kassim
Rachid Kassim

Très actif sur Facebook et Telegram, il poste régulièrement des messages pour les sympathisants de Daech, où il les encourage à appliquer la «loi de la rétribution» : attaquer la France pour se venger de ses attaques contre le califat. Pour les convaincre, il inonde ses réseaux sociaux d’images d’enfants syriens ou irakiens tués dans les frappes aériennes. Mais ce serait une erreur de considérer Kassim comme un simple communicant de propagande. Au contraire, il dirige lui-même des “aspirants terroristes”, en les aidant à passer à l’acte. Plusieurs liens ont été établi entre Kassim et Adel Kermiche et Abdel Malik Nabil Petitjean, les deux assassins du père Jacques Hamel à St-Étienne-du-Rouvray. Les enquêteurs ont retrouvé des conversations via Telegram entre Kassim et les deux jeunes hommes, ce qui suggère que Kassim a inspiré et dirigé lui-même l’opération depuis l’étranger. Il serait également celui qui a mis en relation les deux hommes qui vivaient à des centaines de kilomètres l’un de l’autre et qui l’auraient rencontré en personne quelques jours avant l’attentat. Après la mort de Kermiche, Kassim a utilisé son compte Telegram sur lequel un enregistrement audio, vraisemblablement enregistré par Kassim, félicite ses «frères» pour l’attentat.

Un «guide» pour aspirant terroriste en occident

Il est très probable que Kassim soit responsable d’autres attentats commis en France, surtout ceux qui sont accompagnés de messages vidéo posthumes des assaillants. Il a publié une sorte de guide pour les sympathisants de Daech qui indique les noms et les lieux d’une liste de personnalités en vue incluant des hommes politiques, des journalistes, du personnel de sécurité et des rappeurs. Le meurtrier du couple de policiers, Larossi Abballa, pourrait également avoir été en contact avec Kassim. Abballa a diffusé son attentat sur Facebook live et, selon la police, avait une liste de cibles incluant des «rappeurs, des journalistes, des officiers de police et des personnalités publiques.»

Tout récemment, la tentative avortée d’attentat près de Notre-Dame par un commando de femmes émanait vraisemblablement d’ordres donnés par Kassim. Dans son “guide”, Kassim recommande à ses disciples de «remplir une voiture de bonbonnes de gaz et de la garer dans un endroit fréquenté». Les autorités françaises pensent que les trois adolescents de 15 ans récemment arrêtés pour suspicion de préparation d’attentats en France pourraient avoir été en contact avec Kassim.

Début août, Kassim a posté un message sur Telegram dans lequel il donne l’instruction aux futurs assaillants de lui envoyer un message vidéo avant leur passage à l’acte : la vidéo «doit comporter un serment d’allégeance et un message de dawa (message à l’égard des non-musulmans)», pour en encourager d’autres à passer à l’action. Et Kassim promet que dès qu’il recevra la vidéo, elle sera immédiatement traduite et diffusée. «En deux secondes, elle sera traduite en arabe et en français» explique-t-il dans son message ; «elles seront transmises au monde entier.»

Il existe certainement des dizaines d’autres planificateurs virtuels comme Kassim au sein de Daech à travers le monde. Les attentats de moindre envergure ne devraient pas être immédiatement qualifiés d’attaques de «loups solitaires», une expression qui méconnaît le potentiel de supervision à distance des commandos de Daech depuis l’Irak, la Syrie ou ailleurs. Même si chaque victoire sur le terrain est un coup porté à l’organisation comme un tout, elle va sans doute trouver d’autres moyens pour s’adapter, et le recours aux planificateurs virtuels est la stratégie qu’elle peut utiliser sur le long terme. En effet, ils peuvent opérer de n’importe où, armés seulement d’un ordinateur et d’une connexion internet. A mesure que la coalition internationale gagne du terrain sur Daech, nous ne devons pas perdre de vue ses opérations sur le terrain d’internet, et nous préparer à voir des attentats en occident longtemps encore après la chute du califat.

Source : Foreign affairs, «ISIS’s Virtual Puppeteers»
«Les marionnettistes virtuels de Daech» extraits – traduction AFCP

 

Télécharger le texte de cet article