Justin Trudeau

Justin Trudeau, chef du Parti Libéral du Canada (PLC), a prêté serment le 3 novembre dernier à Rideau Hall, la résidence officielle du gouverneur général du Canada, ce qui fait de lui le 23ème Premier Ministre de cette monarchie constitutionnelle fédérale à régime parlementaire où il succède au conservateur Stephen Harper.

Pour beaucoup, cette victoire est une surprise. Justin Trudeau en effet est surtout connu pour son patronyme, rendu célèbre par son père, Pierre Elliott Trudeau, deux fois Premier Ministre entre 1968 et 1984. Personnage charismatique et controversé, Pierre Elliott Trudeau a joué un rôle clé dans les négociations qui ont mené à l’indépendance constitutionnelle du Canada vis-à-vis du Parlement britannique et à l’adoption de la nouvelle Constitution canadienne. Il a également fait adopter la Loi sur les langues officielles, qui a rendu le Canada officiellement bilingue, ce qui ne l’a pas empêché de s’opposer farouchement aux souverainistes québécois qu’il a contribué à faire échouer dans leur projet indépendantiste.

C’est à l ‘occasion de ses obsèques que le Canada découvre Justin, son fils aîné, qui prononce un émouvant éloge funèbre à son père. Ses qualités d’orateur, son aplomb et sa prestance sont remarqués et certains lui prédisent un avenir en politique, où il se lance en 2007 en remportant l’investiture du Parti Libéral dans la circonscription de Papineau (Québec). À la Chambre des communes, il devient porte-parole de son parti en matière de multiculturalisme et de jeunesse, puis plus tard de citoyenneté et d’immigration. Auparavant, il avait fait siennes plusieurs causes environnementales, sujet sur lequel la gouvernance de Stephen Harper n’a pas brillé. Il avait également pris position en 2006 en faveur d’une intervention canadienne au Darfour, situation sur laquelle son frère Alexandre réalisera un film deux ans plus tard. La même année l’a vu interpréter un rôle de soldat dans la mini-série La Grande Guerre.

C’est donc avec cette expérience variée, que certains qualifient d’un peu légère, qu’il se présente à la tête du Parti Libéral Canadien, élection qu’il remporte avec 80 % des voix dès le premier tour le 14 avril 2013, deux ans après la pire défaite électorale de son parti. Âgé de 43 ans, époux comblé et père modèle de trois enfants, Justin Trudeau incarne un «Kennedy à la canadienne» et sait jouer, comme son père, de sa double origine, Québec et Vancouver, pour fédérer son électorat.

Ce candidat que tout le monde avait sous-estimé – les sondages le donnaient perdant il y a quelques semaines encore – veut désormais ouvrir une nouvelle page et rompre avec l’austérité conservatrice en lançant son pays dans un ambitieux programme d’investissements fédéraux dans les infrastructures, de renégociation du financement des soins de santé, de baisse d’impôts pour les classes moyennes, et avec des mesures populaires telles que l’arrêt des interventions militaires canadiennes en Irak et en Syrie, le rétablissement du courrier à domicile et la légalisation de la marijuana…

Rédaction SRP

Photo : Alex Guibord / Wikimedia Commons

 

Télécharger le texte de cet article